Traitement des accidents cardiovasculaires : une avancée majeure ?

  • A
  • A
Traitement des accidents cardiovasculaires : une avancée majeure ?
@ Max PPP
Partagez sur :

SANTÉ - Novartis, le géant pharmaceutique suisse, a présenté samedi les conclusions d'une étude sur le LCZ696, un traitement pour lutter contre l'insuffisance cardiaque.

Ce médicament expérimental est présenté comme une avancée majeure pour réduire le risque de décès d'origine cardiovasculaire. Le géant pharmaceutique suisse Novartis a présenté samedi les résultats d'une étude sur son nouveau médicament expérimental pour l'insuffisance cardiaque. Et selon les données, le bénéfice du LCZ696 est "statistiquement très significatif et cliniquement important".

>> LIRE AUSSI - Comment fonctionne un cœur artificiel ?

Le médicament comparé à un autre. Cette étude a été menée auprès de 8.442 patients souffrant d'insuffisance cardiaque. Elle vise à évaluer l'innocuité et l'efficacité du LCZ696, en le comparant avec l'enalapril, le traitement de choix actuel commercialisé sous les marques Renitec et Vasotec. Les chercheurs ont donc comparé les résultats opérés sur les patients traités avec LCZ696, avec ceux soignés avec l'enalapril.

Réduire les risques d'accident vasculaire. Dans une note, les analystes ont salué ces données "sans ambigüité" concernant l'efficacité de ce médicament. L'étude a notamment mis en lumière que ce médicament réduit de 20% le risque de décès d'origine cardiovasculaire par rapport aux traitements à base d'enalapril. Outre la baisse du nombre de décès d'origine cardiovasculaire, cette étude a également démontré que ce médicament réduisait de 21% le nombre d'hospitalisations pour insuffisance cardiaque.

>> LIRE AUSSI - Quand la peau devient un cœur qui bat

Un médicament bientôt commercialisé ? Le géant pharmaceutique suisse entend donc déposer très rapidement des demandes d'autorisation de mise sur le marché. Les demandes auprès de l'agence américaine des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), devraient intervenir à la fin de l'année en cours. Celles auprès des autorités sanitaires de l'Union européenne sont prévues au début de l'année 2015. Si les différentes autorités donnent leur accord, le médicament pourrait donc être rapidement commercialisé.

26 millions de personnes concernées. La publication de ces données était très attendue, plusieurs analystes estimant que ce médicament pourrait potentiellement devenir un blockbuster, c'est-à-dire un traitement dont les ventes dépassent le milliard de dollars de recettes annuelles. L'insuffisance cardiaque touche en effet quelques 26 millions de personnes aux États-Unis et en Europe. Malgré les traitements existants, le taux de mortalité demeure très élevé, avec jusqu'à 50% des patients décédant dans les cinq années suivant le diagnostic de la maladie, a pointé Novartis.