Ados, ne "textotez" pas jusqu’à minuit

  • A
  • A
Ados, ne "textotez" pas jusqu’à minuit
@ MAX PPP
Partagez sur :

Une étude publiée au Canada met en garde les parents face au risque d’insomnie et de dépression.

Un téléphone portable n’est pas un doudou. Et les adolescents qui, le soir, avant de s’endormir, envoient des textos ou surfent sur internet, risquent de l’apprendre à leurs dépens. Insomnie voire dépression : une étude réalisée sur des jeunes de 8 à 22 ans, et présentée à Vancouver au Canada cette semaine, liste les dangers liés à l’utilisation du portable tard le soir.

Pire que la télévision

Plus de la moitié des enfants qui ont l’habitude d’utiliser des appareils technologiques avant d’aller se coucher "présentent un niveau élevé de difficultés dans la journée, qui vont du manque d’attention à l’hyperactivité en passant par l’anxiété, la dépression et les difficultés d’apprentissages", liste le Dr Peter Polos, un spécialiste en neurosciences du JFK Medical Center d’Edison auteur de l’étude, cité dans les colonnes duLos Angeles Times.

Mais, ces enfants ont, en plus, des problèmes la nuit "comme de l’insomnie ou un sommeil agité au point qu’ils peuvent se blesser", ajoute ce spécialiste. 77% d’entre eux reconnaissent plus généralement qu’ils n’arrivent pas à s’endormir.

Les parents doivent agir

"Utiliser un téléphone portable ou un ordinateur avec toutes ces images et ces réponses rapides, c’est plus addictif, prenant et interactif que regarder de façon passive la télévision", explique le Dr Peter Polos, interrogé par le Vancouver Sun.

Pour ce spécialiste, un seul remède : c’est aux parents d’intervenir pour faire changer les habitudes de leurs rejetons avant qu’il ne soit trop tard.