670 millions : la facture de la grippe A

  • A
  • A
670 millions : la facture de la grippe A
@ Reuters
Partagez sur :

La campagne de vaccination a coûté 670 millions d'euros estime le gouvernement.

670 millions d'euros. C’est ce qu’aurait coûté la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, qui a fait l'objet de vives critiques, selon des estimations des ministères de la Santé et de l'Intérieur. Elles englobent le coût des vaccins, l'organisation et la mise en œuvre de la vaccination dans les centres de vaccination. Les dépenses générées par la poursuite de la vaccination chez les généralistes et dans certains centres hospitaliers ne sont pas prises en compte dans ces estimations.

334 millions d'euros en vaccins

Le poste de dépenses le plus important, et aussi celui qui a suscité le plus de critiques, concerne les vaccins, dont 94 millions de doses avaient été initialement commandées. Les dépenses d'acquisition des doses vaccinales sont évaluées à 334 millions d'euros, incluant le coût (56 millions d'euros) des 9 millions de doses données à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). A cette somme s'ajoutent 48 millions d'euros estimés pour l'indemnisation des laboratoires après l'annulation d'une partie des commandes par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

La ministre a fait le point sur les négociations avec les laboratoires, mardi devant la commission d'enquête sénatoriale : un contrat d'indemnisation a été signé avec Novartis, d'un montant de 16% du contrat initial, et les négociations "continuent" avec les autres laboratoires, GSK et Sanofi-Pasteur.

23 millions pour les centres de vaccination

Par ailleurs, les dépenses de fonctionnement des centres de vaccination, qui ont eux aussi fait l'objet de nombreuses critiques, sont évaluées aujourd'hui à 23 millions d'euros. Elles comprennent l'équipement des centres (17 millions) et l'indemnisation pour la réquisition des locaux (6 millions).

Quelque 6 millions de personnes ont été vaccinées contre la grippe H1N1 lors de cette campagne, selon le ministère de la Santé. Mme Bachelot a rappelé devant la commission d'enquête sénatoriale que les acquisitions de vaccins avaient été "dimensionnées de façon à pouvoir proposer la vaccination à l'ensemble de la population". Une commission d'enquête sur la campagne de vaccination a également été mise en place à l'Assemblée nationale.