Bien choisir son orientation (1)

  • A
  • A
Bien choisir son orientation (1)
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les Experts Europe 1 vous aident à bien choisir votre orientation, avec L'Etudiant.

1 - Je voudrais devenir interprète. Est-ce un domaine saturé ?

Le domaine de l’interprétariat n’est pas du tout engorgé et encore moins la spécialisation "interprétation de conférences". Pour exemple, les grandes institutions internationales comme la Commission Européenne ou encore les Nations Unies manquent d’interprètes en langue française. L’ONU a d’ailleurs signé un partenariat avec les deux grandes écoles de langue française : l’ISIT (institut supérieur de management interculturel), une école privée accessible après le bac pour un cursus en cinq ans et qui propose notamment un master en interprétation, et l’ESIT (une école interne à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle), accessible avec un bac+3 minimum dont une année à l’étranger.

2 - Que faire après avoir été refusé dans la filière technologique préparatrice au Bac STI Arts appliqués ?

Deux solutions sont possibles. Il est envisageable de poursuivre le parcours généraliste (Bac S, ES ou L) en privilégiant le cursus littéraire et son option lourde "arts". Ensuite, il est possible de se présenter dans des grandes écoles d’art comme l’ENSAD (les arts déco), l’ENSBA (Ecole nationale des beaux arts de Paris), les écoles des beaux-arts régionales, ou encore l’ENSA (Ecoles nationales supérieures d’art), mais aussi d’intégrer un BTS d’Arts appliqués, mais il est nécessaire, sauf exception (des écoles d’arts privées acceptent les bacheliers L option "arts" directement en BTS), de passer par une année de mise à niveau en arts appliqués (Manaa). Autre possibilité : outre cette filière technologique STI Arts appliqués, il existe des formations professionnelles "métiers d’art", avec des orientations en communication graphique, merchandising, etc.

3 -Y a-t-il une sélection à l’entrée de la première année de médecine ?

Il n’y a aucune sélection à l’entrée en première année de médecine. N’importe quel titulaire du baccalauréat est en droit de l’intégrer. Par contre, le concours de fin d’année est assez rude et la sélection importante.

A noter qu’une réforme est en cours, justement sur cette première année de médecine, communément appelée PCEM1, désormais appelée L1 Santé. Elle va devenir commune aux étudiants souhaitant poursuivre des études de médecine, d’odontologie (dentaire), de maïeutique (sages-femmes) et de pharmacie. Les concours de chacune des disciplines seront séparés, mais chaque étudiant pourra s’il le souhaite passer tous les concours.

Le classement 2010 des facs de médecine.

4- Avec un BTS CGO (Comptabilité et gestion des organisations), est-il possible de se diriger vers une formation d’économie-gestion ou encore vers le management du sport ?

Il est possible d’accéder à un certain nombre de Licences professionnelles orientées management du sport, comme la Licence professionnelle (LP) Métiers de la forme de l’Université de Toulouse-III, la LP Gestion et organisation des manifestations et événements sportifs de l’Université d’Orléans, la LP Management des métiers du golf de l’Université d’Angers ou encore la LP Gestion et développement des organisations, services sportifs et de loisirs de l’Université de Marne-La-Vallée. Il s’agit d’un diplôme accessible à bac + 2 qui dure un an, concret et professionnalisant, proposé en alternance ou très alterné et qui conduit directement sur le marché du travail. L’ensemble des LP orientées sport sont décrites dans l’annuaire de la formation sur letudiant.fr.
Au niveau du management du sport, il existe des spécialisations au niveau du Master (bac+5) elles sont essentiellement proposées par les UFR Staps des universités ou au sein de quelques écoles de commerce et de management.
Par ailleurs, rejoindre une L3 d’économie et gestion générale, après un BTS, implique la réussite d’un Test type "Message".

visuel letudiant.fr

Les questions suivantes...