Les 10 meilleures manières d’écouter Europe 1

  • A
  • A
Les 10 meilleures manières d’écouter Europe 1
Les coulisses d'Europe 1
Partagez sur :

TEMOIGNAGES E1 - Nous avons voulu savoir comment se déroulait votre journée avec nous.

"Comment et où écoutez-vous Europe 1 ?" C’est la question que nous vous avons posée sur la page Facebook d’Europe 1.  Vous avez été plusieurs centaines à nous écrire pour nous raconter. Merci à Mario, Garance, Anne-Laure, Odile, Charles, Francis et tous les autres. C'est maintenant à nous de vous écouter.

#1 Avec un radio réveil réglé sur Europe 1

Vous êtes nombreux à vous réveiller au son d’Europe Matin. Garance raconte ainsi : "C’est Thomas Sotto qui me réveille, avec un bon vieux radio réveil orné de gros chiffres rouges, comme dans le studio". Odile a même converti son compagnon allemand non francophone : "Il est réveillé en fanfare tous les matins par Europe 1 alors qu’il ne comprend pas le français. J’en déduis que c’est une radio universelle !". Et Francine d’ajouter : "J’adore me réveiller au son des interviews politiques, et je ne rate jamais la chronique de Caroline Roux".

Garance, qui se réveille avec Thomas Sotto

garance

 

#2 Ecouter Europe 1… en lisant europe1.fr

On peut écouter et regarder Europe 1. Mais on peut aussi lire les papiers des journalistes de la rédaction sur europe1.fr. C’est le cas d’Odile : "Pour m’informer, je vous lis tout au long de la journée". Arnaud renchérit : "Politique, économie, société… Je lis Europe 1 pendant ma pause déjeuner".

#3 En commentant le live vidéo

De nombreux auditeurs et internautes n’écoutent plus Europe 1… pour mieux regarder le live vidéo ! Et le commenter en direct. C’est le cas d’Anne-Laure, 33 ans : "Je prends un grand plaisir à regarder les live vidéo des émissions sur le web, et j’interagis beaucoup via Twitter, en réponses aux animateurs. Je trouve ce concept intéressant : on a l’impression de faire partie de l’émission ». Flamitie conclut : "Grâce à vous, je ne regarde plus la télé. Merci".

Anne-Laure, qui envoie des tweets à l'équipe Les Pieds dans le plat

annelaure

#4 Dans le studio d’Europe Midi

Clara est venue participer à un débat Europe Midi : "Je suis venue en studio et j’ai pu poser directement des questions aux invités. C’est une belle expérience de participer réellement à l’émission".  Quelques fidèles de l’émission, amateurs de débat, viennent régulièrement au 26 bis rue François 1er : c’est le cas du jeune Gaston, ou encore de Francis. Pour participer vous aussi, envoyez vos coordonnées à cette adresse : audrey.seigneur@europe1.fr. 

#5 Sur smartphone, pour s’évader

Certains profitent des applis smartphone pour écouter Franck Ferrand au bureau : "Quand une collègue particulièrement désagréable arrive, je mets mes écouteurs et c’est parti : plus personne ne m’adresse la parole !". C’est même un véritable moment d’évasion poétique pour Charles : "Je vous écoute depuis le Danemark, autour d’un café méridien, en regardant les lacs de Copenhague. Je n’ai aucune peine à imaginer Blériot dans le ciel, Cousteau dans les abysses, Ragnar Lobrok sur ses esnèques viking. Merci pour cette émission digne des scaldes [poètes scandinaves, ndlr]".

#6 En podcast, sur un lecteur mp3 aquatique 

Selon Mathieu, qui nous écrit depuis Miami, Pedro le roi du Tango (alias Pierre Bénichou) est une star parmi les expatriés français dans le monde : "Il n’est pas un pays où l’on ne parle pas de la Béniche". Capucine renchérit : "J’ai commencé à écouter On va s’gêner en podcast. Expatriée à Londres, la France me manquait et j’avais besoin de rire. Je vous écoute souvent en nageant avec mon lecteur MP3 aquatique et j’ai failli me noyer plusieurs fois à cause de vous !". Mario écoute l’émission depuis Hong Kong : "Je rigole de vos bêtises dans le métro. Un jour, j’ai commencé à rigoler tout seul. Un Chinois m’a regardé et s’est mis à rire. Puis un autre. A la fin, il y avait 10 Chinois qui rigolaient sans savoir pourquoi".

Mario, qui suit les aventures de la bande On va s'gêner depuis Hong Kong

mario

#7 Découvrir les coulisses sur les réseaux sociaux

Quand Peggy est dans les transports, elle reste à l’écoute… sur les réseaux sociaux : "Je suis le live-tweet de Des clics et des claques sur Twitter grâce au hashtag #DCDC, et je regarde les photos des invités sur Instagram". Odile se rend chaque jour sur la page Facebook d’Europe 1 pour commenter l’actualité : "Un petit groupe s’est même créé entre ceux qui commentent les sujets traités par la rédaction et nous postons nos humeurs et nos réactions. J’aime bien ajouter mon grain de sel, apporter une touche d’humour parmi des commentaires d’internautes souvent acerbes". 

#8 Sous la couette

Dès 23h, quel meilleur endroit pour écouter la Libre antenne ? "Je m’endors avec vous", confie Nicole. Pour Evelyne, impossible de dormir sans la voix de Caroline Dublanche : "Elle agit comme une berceuse douce et bienveillante". C’est aussi le choix de Charles : "Je fais des soirées détente et culture, avec Europe Nuit et un verre de vin dans mon lit"*.

#9 Les insolites

L’excuse "Je n'peux pas j’ai piscine" ne vaut rien pour ce qui est d’écouter la radio. D’après vos réponses, on peut être à l’écoute partout : dans une barque, sur un poney, en faisant de la gym, en jouant aux jeux vidéo, dans un tracteur…  Claire raconte : "J’habite à Cannes. Dès qu’il fait beau et chaud, j’emmène une mini-radio à la plage afin de vous entendre allongée sur le sable. Je me baigne pendant les pauses pub". 

#10 Les cumulards

Et la leçon la plus surprenante de cet appel à témoignages : les auditeurs cumulent désormais les modes d’écoute. Ce que décrit Garance : "Pendant que la vidéo du live se charge, je switche sur mon iPhone pour regarder le programme de la matinale sur la page Facebook de l’émission et sur Instagram pour voir les photos des invités. Après la douche, je promène l’iPad partout où je vais pour ne pas louper une miette. Je prends même mon petit déjeuner avec lui (mais je ne lui beurre pas ses tartines !)". Désormais, vous pouvez même écouter Europe 1 sur Windows 8.

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé : à consommer avec modération.

>>> Et vous, comment et où écoutez-vous Europe 1 ?