Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

La France se situe au onzième rang de l'Union européenne en terme de richesse par habitant. Comme chaque année, Eurostat publie la palmarès des peuples les plus riches d'Europe. Et la France se maintient dans le peloton.

C'est un peu le bulletin note de fin d'année, pour la classe européenne. On se souvient qu'il y a huit ans, en 2001, Jacques Chirac s'était égosillé, lors de son intervention du 14 juillet, en constatant que nous étions tombés à la douzième place européenne en terme de richesse par habitant. A l'époque, l'Union européenne ne comptait que quinze pays. Donc douzième sur quinze, c'est pas terrible.

Aujourd'hui, c'est mieux, on est vingt-sept, donc, le classement est plus flatteur, car évidemment les nouveaux pays d'Europe centrale occupe les dernières places. Et puis, il faut quand même le souligner, on a gagné une place. On est onzième. On est repassé devant l'Italie en terme de richesse par habitant. Donc, onzième sur vingt-sept : le peloton.

Mais, ce qui est le plus frappant (dans cette classement "Eurostat"), ce sont les écarts entre riches et pauvres à l'intérieur de l'Europe. Les écarts vont de 1 à 6. Le peuple le plus riche en Europe, c'est le Luxembourg. Eurostat a établi un système d'indice : la moyenne européenne est à 100. Et donc, le Luxembourg caracole avec un indice 253. Donc, les Luxembourgeois sont deux fois et demi plus riche que les Européens moyens.

Nous Français, nous sommes un peu au-dessus de la moyenne européenne, indice 107 : 7 % plus riche. Les Italiens affichent, eux, un indice 100. Voilà, donc l'Italien est l'Européen type. Et puis, sans surprise, en dessous, on trouve les anciens pays communistes avec comme lanterne rouge, la Bulgarie. Indice 40. Si bien qu'un Bulgare est 6 fois moins riche en moyenne qu'un Luxembourgeois. On comprend que ce ne soit pas très facile de diriger cette Union européenne, où les écarts de richesse sont tels d'un pays à l'autre.

Mais, la bonne nouvelle, c'est la tendance. Si on regarde, au moment de l'élargissement, fin 2003, les écarts allaient de 1 à 8.Donc, on assiste bien à un rattrapage. D'ailleurs, certains anciens pays communistes, comme la Tchéquie ou la Slovénie, affichent désormais un PIB par habitant supérieur à celui du Portugal. Précisons qu'en moyenne, les Américains restent nettement plus riches que les Européens, avec un indice 152. En clair : un Américain est 52 % plus riche qu'un Européen !