Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

Les ministres des Finances du G8 se réunissent aujourd'hui et demain en Italie. Mais la légitimité de ce petit club des vieilles nations industrielles en a pris un coup. Au point qu'on se demande aujourd'hui à quoi sert le G8 ?

Dans le G8, le groupe des huit, on est huit et dans les huit, il n'y a pas la Chine, ni l'Inde, ni le Brésil... Bref, notre petit club du G8 fait terriblement XXème siècle, avec l'Allemagne, le Canada, les Etats-unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, le Japon et la Russie. Les autres pays doivent se contenter du statut d'invités, s'ils sont invités !

On l'a compris. Aujourd'hui, ce qui compte, c'est le G20, les 20 pays les plus industrialisés. D'ailleurs, pour résoudre la crise, tout s'est joué lors de ce fameux G20 de Londres, le 2 avril dernier. Et gare aux pays qui ne font pas partie de ce G20 car on a toujours tendance à accuser les absents. Ainsi, les Suisses, les Luxembourgeois ont été traités comme d'horribles places financières, lieux de tous les trafics. Fort heureusement, la France, en tant que 6e puissance économique mondiale, fait bien partie de ce G20.

Sauf que désormais, certains commencent à évoquer la notion de G2. Le Groupe des deux Grands : Etats-Unis/Chine. L'expression commence à circuler. Bon évidemment, cette idée n'est pas très populaire en Europe mais, au fond, on le sait, quand on est trop nombreux (20 pays), les décisions sont difficiles à prendre. Et on est bien placé en Europe pour le savoir. D'où ce concept de ChinAmérique, un G2 qui réglerait les grands problèmes du monde. On le voit notamment en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Ces deux pays - Chine, Etats-Unis, représentent à eux deux 40 % des émissions mondiales de C02. Et donc, beaucoup disent, à quoi bon s'évertuer à limiter nos rejets. Si les pays du G2 - Chine -Amérique - ne se mettent pas d'accord sur une action forte.

C'est sûr, dans ce contexte, notre petite réunion du G8 ce week-end en Italie fait un peu club de retraités où l'on va parler du beau temps et se remémorer quelques bons souvenir. C'est d'autant plus regrettable que tous ensemble, l'Europe des 27, on le sait, reste la première puissance économique mondiale avec un PIB de 12.000 milliards d'euros devant les Etats-Unis et loin devant la Chine. Oui, mais à 27, c'est difficile d'exister ou même simplement de faire croire qu'on est uni. Le G8 commence ce week-end, à Lecce, au Sud de l'Italie, avec les ministres des Finances. Les chefs d'Etats, eux, se retrouveront le mois prochain, en Sardaigne.