Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

Récession record de l'économie européenne au premier trimestre. L'Europe est paradoxalement plus touchée que les Etats-Unis.

C'est assez curieux, car, rationnellement on aurait pu penser que cette crise toucherait en priorité les Etats-Unis, puis, par contagion l'Europe de l'ouest, mais que l'Europe de l'est (qui est dans une dynamique de rattrapage), elle, s'en sortirait sans trop de casse. Et bien c'est exactement le contraire qui s'est passé. Au premier trimestre, la croissance américaine a reculé de 1,5 %, à comparer avec - 2,4 % pour l'Union européenne, le plus mauvais chiffre depuis qu'on collecte des statistiques au niveau européen. Et si on regarde dans le détail de l'Europe, certains pays s'en sortent plutôt bien comme la France, par exemple, qui n'a reculé que de 1,2 %, alors que l'Allemagne, elle, a reculé de 3,8 %.L'Allemagne qui pâtit de son statut de grand exportateur mondial.

Mais, en fait, les plus grosses victimes de cette crise se trouvent en Europe de l'est. Certains pays se sont littéralement effondrés. Comme les pays baltes par exemple. La Lettonie, la Lituanie se sont écroulées de 11 %. Car en Europe de l'est, en plus de la crise économique, s'est greffée une crise monétaire. Les monnaies locales ont été attaquées. Or, là-bas, les entreprises, les particuliers, sont souvent endettés en euro. Du coup ils se retrouvent aujourd'hui incapables de rembourser leurs emprunts.

Il faut être honnête d'autres ont bien mieux résisté, comme la Pologne, qui réussit à afficher une croissance zéro, au premier trimestre. C'est dire si les situations sont différentes en Europe. Mais globalement, c'est vrai, la performance européenne n'est pas bonne. En fait, si on veut terminer sur une note positive, il faut lire le communiqué jusqu'à la fin. Y est rappelée la taille des grands blocs économiques. Quoiqu'on en dise, l'Europe reste la première économie du monde : le PIB cumulé de l'Europe des 27 : 12.000 milliards d'euros. Etats-Unis : 10.000 milliards, et la Chine, 3.000 milliards. Loin derrière.

Donc - faisons un peu de chauvinisme européen - si on peut dire : peut-être que l'Europe décline mais, enfin, elle reste, et de loin, la première économie du monde !