Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

Polémique sur les nouveaux tarifs sociaux proposés chez Orange. L'UFC "Que Choisir" s'inquiète d'éventuelles visées hégémoniques de l'opérateur historique.

C'est connu, quand on est au CAC 40, on n'est pas spécialement philantrope. Et donc, beaucoup se demandent pourquoi Orange (puisque maintenant, on ne dit plus France Télécom, mais Orange), société privée, appartenant au CAC 40, propose-t-il ainsi des tarifs sociaux, des abonnements moins chers pour les Rmistes ? Puisque mardi dernier, dans Le Parisien, le patron d'Orange a annoncé le lancement d'une offre téléphone mobile, baptisée "forfait spécial RSA" pour seulement 10 euros mois. Bon alors pour ce prix-là, vous n'avez droit qu'à 40 minutes de conversation par mois, et 40 SMS. Donc ça reste limité. En fait, Orange, fait le pari qu'on ne reste pas au RMI (ou plutôt au RSA) toute sa vie. Et que donc, ceux qui souscrivent aujourd'hui, cette offre "spéciale RSA" resteront fidèle à Orange, une fois qu'ils auront retrouvé du travail.

Mais, UFC Que Choisir dénonce surtout l'offre Internet d'Orange qui propose également un tarif social pour seulement 20 euros par mois. Effectivement. Autant "UFC Que Choisir" félicite Orange pour son offre téléphone mobile. Autant l'offre, triple play (Internet + téléphone fixe + télévision), à 20 euros par mois lui pose problème. Explication d'UFC Que Choisir : Orange s'appuie sur le fantastique réseau de cuivre hérité de France Télécom pour faire des prix imbattables. Et, donc, sous couvert de social, Orange ne chercherait-il pas ainsi à accroître sa domination sur Internet (ou il détient déjà 50 % du marché français).

Chez Orange, on trouve l'argument un peu retors. Et on fait remarquer que grâce à cette offre sociale, des RMIStes pourront rester connectés, pour seulement 20 euros par mois. Bref, pas simple, de faire du social quand on est coté au Cac 40 puisqu'on le voit, immédiatement, on vous soupçonne de pratiques bassement commerciales pour essayer d'éliminer la concurrence. Orange attend toujours le feu vert des autorités pour lancer son offre sociale de connection à Internet qui pourrait voir le jour dès le mois de juillet.