Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

Les autorités boursières ont ouvert une enquête dans l'affaire du Club Med. Les intentions de Bernard Tapie restent mystérieuses. L'homme d'affaires se dit intéressé mais jure ne pas vouloir lancer d'OPA.

Du grand Bernard Tapie... Hier matin, dans le journal les Echos, il déclare au sujet de sa possible entrée au capital du Club Med : "Si je sens que la situation est conflictuelle, je laisse tomber". Et il ajoute : "J'ai vécu quinze ans de situations conflictuelles, je n'en ai plus envie". Or, c'est un secret de polichinelle, la situation est conflictuelle car, Henri Giscard d'Estaing, l'actuel patron du Club Med, et accessoirement le fils de Valery Giscard d'Estaing, n'a (on peut le comprendre) aucune envie de se voir destabiliser à la tête du Club par Bernard Tapie. Et d'ailleurs ça commence ! Bernard Tapie a lâché quelques formules assassines ce week-end dans le Journal du Dimanche, comme : "le Club est monté en prix, mais pas en service" ou encore "porter ses valises dans un cinq étoiles, n'est pas courant." Mais Bernard Tapie va plus loin, avec des propositions concrètes. L'une de ses idées, par exemple, pour le Club, serait de vendre des forrmules pour les familles recomposées : l'enfant passe la première semaine avec sa mère, puis la seconde avec le père. Bref, quand on entend tout cela et qu'en plus, on sait qu'il a les moyens financiers (avec l'argent du règlement du litige Crédit Lyonnais), on se dit qu'il va y aller.

Et pourtant, non ! Il l'a encore redit hier : pas question de lancer une OPA sur le Club. Et pas question non plus de prendre la direction du Club. "Je ne cherche pas de boulot" repète-t-il, d'ailleurs "je commence ma tournée avec la pièce Oscar, le premier octobre." Donc, on ne sait pas très bien ce que cherche Bernard Tapie, peut-être simplement un ticket minoritaire dans le club - à voir. En attendant, toute cette agitation a fait bondir l'action de plus de 10 % en deux semaines. D'où, effectivement, l'ouverture d'une enquête des autorités boursières pour bien s'assurer qu'il n'y a pas derrière toute cette agitation, une volonté délibérée de faire artificiellement monter l'action Club Med. Mais, Bernard Tapie, jure, lui ne détenir, à ce jour, aucune action du Club Med. Bernard Tapie a confirmé hier qu'il prendrait sa "décision quant à une éventuelle prise de participation" dans le Club Med "avant le 15 juin".