Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

La bourse et le pétrole sont à leur plus haut niveau de l'année. Les marchés anticipent la reprise de l'économie, pourquoi pas dès la rentrée prochaine ?

On ne va pas encore parler de record historique, mais de record de l'année. 58 dollars pour le pétrole. Alors qu'on était à 34 dollars en février dernier. Avec d'ailleurs, une conséquence immédiate pour l'essence à la pompe. Selon, le relevé de l'Ufip, le litre de Super 95 sans plomb est remonté à 1,17 euro. On était a 1,10 euro au début de l'année. Même reprise en bourse. Depuis le point bas du 9 mars dernier, le CAC 40 a rebondi de 31 %. Si bien qu'on est dans le vert depuis le 1er janvier : + 3 %. Ca ne baisse plus ! Bon, alors, nombre d'entre nous ne veulent plus entendre parler de la bourse, après avoir été rincé. Mais en fait, cette double remontée de la bourse et du pétrole, est, à priori, plutôt une bonne nouvelle pour nous tous. Car, la bourse est un indicateur avancé de l'économie, comme un baromètre de l'économie. Et donc, cette reprise des marchés serait effectivement le signe avant coureur d'une reprise de l'économie.

Il n'empêche, ce rebond reste modeste au regard de la chute qu'on a connu l'an dernier. C'est vrai, que le pétrole par exemple était à quasiment 150 dollars en juillet dernier. Donc remonter à 58 dollars n'a rien de spectaculaire. Mais, enfin, cette remontée bien réelle, quand même, pourrait vouloir dire qu'on a touché le fond. Et c'est vrai qu'au début de l'année - souvenez-vous - on se demandait si l'économie mondiale allait vivre une grande dépression économique, façon année 30, avec une chute de l'activité de 25 %, et un chômage qui explose à 25 %. Aujourd'hui, ce débat n'a quasiment plus lieu.

Certes, l'économie continue de reculer, mais elle recule moins vite et montre des signes de stabilisation. Et aujourd'hui, la question c'est plutôt de savoir quand est ce que ça va repartir : En 2010 ? en 2011 ? Ou bien, pourquoi pas, dès la rentrée prochaine. Et pourquoi pas ! En tous les cas, le président de la Banque centrale américaine, Ben Bernanke, a déclaré la semaine dernière : "Nous voyons l'économie toucher le fond, puis se redresser plus tard, au cours de cette année." Un beau message d'optimisme. Ca méritait bien un record à la bourse de Paris, Même, si ce n'est qu'un record de l'année.