Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé

  • A
  • A
Le journal de l'économie d'Axel de Tarlé
Partagez sur :

Comparer son salaire peut être dangereux pour la santé ! C'est ce qu'il ressort d'une étude universitaire franco-britanique. Ceux qui passent leur temps à comparer leur salaire risquent de devenir dépressifs.

Deux professeurs, (dont l'une est française d'ailleurs, à l'université Paris IV), ont analysé le comportement de 34.000 salariés dans 23 pays, pour essayer de comprendre la relation entre satisfaction personnelle et salaire. Et c'est pas si simple. Les deux chercheurs donnent l'exemple de cette toute jeune femme, payée 10.000 euros par mois. Et qui est pourtant malheureuse de son sort. Pourquoi : parce qu'elle travaillait à la City de Londres, sur les marchés, avant la crise. Et donc, elle s'estimait sous-payée par rapport à ses collègues.

Car, la vie est ainsi faite qu'on passe notre temps à se comparer les fiches de paye. Ce qui bien souvent nous rend aigri au travail. Pourtant, expliquent les auteurs de l'étude, il n'y a aucun lien entre le plaisir personnel qu'on peut éprouver au travail et la fiche de paye à la fin du mois. Mais, c'est plus fort que nous. On compare. Alors, attention, il y a des comparaisons plus ou moins graves.
Par exemple : il faut surtout éviter de comparer son salaire avec des amis.

Oui, il y a des degrés dans la comparaison. A la limite, comparer son salaire avec un collègue du travail n'est pas trop déprimant, car vous pouvez vous dire qu'un jour, vous gagnerez autant que lui. En revanche, comparer son salaire avec un membre de sa famille est plus douloureux. Mais, le pire, effectivement, c'est comparer sa fiche de paye, avec ses amis. Là, c'est l'aigreur totale. Vous vous dites que vous êtes un minable ou bien que vous êtes terriblement maltraité par votre employeur.

Bref, pour vivre heureux, mieux vaut ne pas savoir combien gagne le voisin. Et, c'est vrai pour tout le monde. Tout le scandale sur les salaires des grands patrons est apparu avec les classements dans la presse sur les PDG les mieux payés. Du coup, les grands patrons se sont mis à comparer leurs salaires entre eux et le système est parti en vrille.