La revue de presse de Michel Grossiord

  • A
  • A
La revue de presse de Michel Grossiord
Partagez sur :

C'est la folie des rumeurs autour de Michael Jackson.

Les rumeurs sont aussi nombreuses que les innombrables substances narcotiques auxquelles Michael Jackson avait libre accès via son médecin personnel.

D’ailleurs, le dictionnaire des médicaments est indispensable. Un passage par une fac de médecine serait un plus. Pour couvrir le décès de Michael Jackson, les journalistes people ou spécialisés dans la musique vont devoir s’effacer devant leurs confrères de la rubrique santé. Propofol : puissant anesthésiant retrouvé chez la star. Déficience de protéine Alpha 1- antitrypsine : la maladie génétique rare provoquant des affections mortelles des poumons et du foie dont souffrait la star, selon le journaliste québécois Ian Halperin dont le livre consacré à Michael Jackson était sous presse le jour de sa mort ! Arrêt immédiat des rotatives. Rédaction d’un chapitre supplémentaire. Mais dès janvier dernier, dans un magazine américain, ce journaliste (qui avait enquêté sur la disparition de Kurt Cobain) avait prophétisé la mort du chanteur "dans les 6 mois". Au total, selon lui, Jackson n’était plus en état de chanter, à peine de danser. "Un désastre allait se produire à Londres, et de l’avis de ses proches, Michael Jackson se montrait suicidaire". Il prenait de plus en plus de pilules, écrasé par la pression (50 concerts imposés au lieu des 10 programmés initialement). Comme broyé par une énorme machine financière. Une machine à cash, avec des millions de dollars. "Voici venu le temps où les marchands guettent les génies précoces, sur les planches comme sur les terrains de football, pour les transformer en fabrique industrielle d’émotions hautement profitables", commente Favilla dans Les Echos. La fabrique ne cesse pas son activité à la mort de la star, elle est relancée. Favilla cite le foot, pourquoi pas le cyclisme ?

Le Tour de France est sur le départ.

Il est "victime du dopage et non pas coupable", a affirmé Nicolas Sarkozy hier lors du Conseil des ministres. Le Chef de l’Etat, fana du Tour depuis toujours, et qui ne cache pas son admiration pour Lance Armstrong, suivra une étape dans les Alpes, annonce Le Parisien. On le lit donc dans Le Nouvel Observateur. On retient au fil des 8 pages une autocritique et une modestie de bon aloi. "Avec l’âge, je suis devenu plus tolérant, plus ouvert, plus serein aussi". "Il ne manquait plus que cela, s’amuse François Martin dans Le Midi Libre. Nicolas et Ségolène, même combat. Le pardon au bout des lèvres." Le Figaro, sous la plume de Michel Schifres, s’interroge : "Avec l’âge". Encore faut-il savoir ce que ça signifie et déterminer de quand date la mutation. "Sans doute du début du quinquennat, soit deux ans. On a beau dire, on ne se refait pas : Nicolas Sarkozy reste un homme qui va vite !". Il est étrange, alors que Le Nouvel Obs comme ses confrères n’ont pas manqué ces dernières semaines de mentionner l’apport de l’épouse du Chef de l’Etat, il est étrange que Denis Olivennes, pourtant bien placé pour le dire, n’interroge pas Nicolas Sarkozy sur l’influence bénéfique de Carla dans son évolution.

Une Carla pleine de qualités et de copains !

C’est le dossier du Point : Les Copains de Carla, "elle leur ouvre les portes": Frédéric Mitterrand, Marin Karmitz, Philippe Val... Je ne sais pas si Laurent Joffrin, le patron de Libé, est ami de Carla. Je ne crois pas, mais Nicolas Sarkozy dans Le Nouvel Obs exprime ses regrets à propos de l’échange très vif qu’il avait eu avec lui lors d’une conférence de presse. Le journaliste lui avait reproché d’instaurer une forme de pouvoir personnel. La réponse avait fusé, cinglante. Est-ce de cela dont je suis le plus fier dans mon début de mandat ? Certainement pas, affirme le chef de l’Etat. Un mea culpa qui pourrait inspirer tous les confrères présents dans la salle, et qui avaient alors beaucoup ri, s’esclaffant de l’apostrophe présidentielle.