La revue de presse de Michel Grossiord

  • A
  • A
La revue de presse de Michel Grossiord
Partagez sur :

Remaniement, argent sale et affaire Dray.

Un « Bonsoâââr… » tonitruant pour succéder à l’ « anéfé » de Christine Albanel ! Ca nous avait échappé, mais l’ex ministre de la Culture, avait une façon toute particulière de prononcer ‘en effet’ Exemple : « Mon souci est anéfé de protéger le droit d’auteur sur Internet ». Les internautes se moquaient de cette prononciation, que Christine Albanel, bon petit soldat, s’efforçait de corriger.

Petit détail souligné par Libé qui titre à propos du remaniement « La farce tranquille ».

‘Mitterrand arrive au pouvoir sous Sarkozy, c’est ce qu’on pourrait appeler une nomination calembour’, selon Laurent Joffrin. A l’inverse, France Soir titre « Quel talent ! » Hommage non à l’éclectisme culturel du nouveau ministre mais au magicien de l’Elysée. La seule vraie surprise de taille du remaniement produit l’effet escompté ! « Un Mitterrand au gouvernement », Le Républicain Lorrain, Le Dauphiné libér. Plus direct : « Mitterrand au gouvernement » (L’Est Républicain). C’est sa photo qui est mise en vedette à la une du Figaro. Frédéric Mitterrand serait-il un leurre ? Derrière le numéro de funambule, c’est un recadrage strict de l’équipe ministérielle qui a été opéré, analyse Olivier Picard des DNA. Fini de rire : on ne retrouve dans le gouvernement que des durs à cuire qui ne flancheront pas à la première polémique.


Mais déjà se profile la compétition pour Matignon.

Avec deux hommes que Le Parisien voit en « pôle position » : Brice Hortefeux à l’Intérieur et Xavier Darcos aux Affaires sociales. Des promotions n’ont pas toujours été accueillies avec bonheur par les intéressés. Ainsi Bruno Le Maire est devenu « blême » quand il a appris qu’il passait des Affaires européennes à l’Agriculture.

La journée d’hier fut celle des grandes manœuvres, avec le gag d’un député lors de la réunion du groupe UMP à l’Assemblée nationale. « Pouvez-vous me rappeler ? Claude Guéant ». Le texto a fait quitter précipitamment plusieurs élus de la réunion qui se sont vite rendu compte qu’ils étaient tombés dans le panneau.

Libé espère que Frédéric Mitterrand gardera, dans son smoking d’un prince des arts et des lettres, son bon fond de vieux garçon un rien voyou (dixit Gérard Lefort), mais il va devoir récupérer le dossier brûlant de l’Hadopi. Selon La Tribune, le piratage sur Internet pourrait être sanctionné par de simples amendes.

C’est le plan B après la censure du Conseil constitutionnel.Le gouvernement a préparé un décret qui punirait le piratage d’une amende allant jusqu’à 1.500 euros. Par rapport à la solution de la coupure de l’accès à Internet, un plus grand nombre d’infractions pourraient être réprimées.

L’Equipe n’en fait pas sa une mais mentionne le remaniement ?

Une forte tête remplace un personnage haut en couleur, avec le remplacement de Bernard Laporte par Rama Yade au secrétariat d’Etat aux Sports. Rama Yade : un interlocuteur qui n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat et à les agiter vigoureusement, résume le quotidien sportif qui s’interroge par ailleurs : Faut-il être journaliste pour devenir président (de club d foot) ? Ce n’est pas l’avis de Michel Denisot, mais il se prend en contre exemple.

La Croix traque l’argent sale. Pas dans le sport, mais celui des dictateurs. Nouvelle enquête du comité catholique contre le faim et pour le développement. Inventaire des biens mal acquis d’une trentaine de dirigeants de pays pauvres. Dossier sur lequel la France reste timorée. Si elle affiche une volonté de lutte contre les paradis fiscaux, elle reste bonne dernière à l’heure de saisir et de restituer les biens mal acquis.

L’affaire Dray. Le Figaro révèle au lendemain de son audition que la brigade financière s’interroge aussi sur les rapports rémunérés par SOS Racisme. Trois missions ont été confiées à des proches du député PS de l’Essonne pour quelques milliers d’euros ! Etait-ce des missions fictives ? Il y a un doute. Julien Dray était déterminé hier à se justifier chèque par chèque. Son audition commencée tôt s’est terminée tard. 9 heures, minuit. Comme le dit le titre de Libé, ce fut une course contre la montre.