La revue de presse d'Emmanuel Maubert

  • A
  • A
La revue de presse d'Emmanuel Maubert
Partagez sur :

Aujourd'hui dans vos quotidiens : la presse croit à la relance, El Nino pourrait revenir, la médecine progresse en matière de détection des maladies infantiles et Michael Jackson est plus que jamais présent.

Il y a comme un vent d’optimisme dans les journaux ce matin.

Certains titres veulent y croire. Ainsi Le Figaro dresse "les 10 signaux positifs" qui tendraient à prouver que la reprise économique est en marche, en France. Alors, ces 10 signaux, cela va "du moral des industriels qui s’améliore", aux "indicateurs internationaux qui passent au vert", en passant par "le CAC 40 qui reprend des couleurs" ou "l’emballage alimentaire qui rebondit". Et si "l’emballage alimentaire rebondit", (+ 14% en juin dernier) cela confirmerait que "les ventes en grande surface progressent", et donc que la reprise serait bien en marche. Le journal Les Echos est sur la même ligne, en insistant sur cet "espoir de sortie de crise", qui reposerait notamment sur la hausse de l’activité industrielle. La Tribune parle même "d’une embellie" de cette production industrielle, qui ferait donc "entrevoir une reprise". Mais, très vite, Odile Esposito dans son éditorial de la même Tribune, apporte un bémol en notant que "qu’il est difficile de crier victoire, car cette production industrielle reste quand même à un niveau très bas. Preuve que la machine ne tourne pas encore à plein régime. Tant s’en faut". Et l’autre bémol à cette légère euphorie du Figaro ou des Echos, nous vient de Libération qui s’interroge en Une : "Crise ou reprise ?", et Libé de souligner que si "plusieurs indicateurs américains laissent penser que le pire de la dépression serait passé, rien ne dit que cette embellie est durable, ni qu’elle a gagné La France". Et François Sergent dans son édito enchaîne en rappelant ce vieux cliché, à savoir "qu’une hirondelle ne fait pas le printemps. Et qu’une rafale de bons chiffres –disons plutôt, "de moins mauvais"- ne fait pas une reprise". D’autant que si des clignotants passent au vert, François Sergent insiste sur le fait que "la bataille de l’emploi, la seule qui compte, n’est pas gagnée". Parler de "reprise" serait donc excessif, écrit Libération, mais pour autant, Le Figaro (je le disais) veut y croire, et notre confrère a interrogé une spécialiste (et pas n’importe qui, c’est la chef économiste de chez Barclays capital). Elle le dit haut et fort : "mécaniquement, La France sortira de la récession entre le 2ème et le 3ème trimestre". Et si je calcule bien, "entre le 2ème et le 3ème trimestre", ben, c’est pile en ce moment !

Mais cette possible reprise pourrait être malmenée par la météo !

C’est le journal La Tribune qui nous met en garde contre le retour d’El Nino, ce phénomène climatique. "Au secours, El Nino revient !" titre notre confrère. "Le réchauffement ponctuel de l’océan pacifique pourrait provoquer une hausse des prix agricoles" prévient donc La Tribune. Le soja, le cacao, le sucre, l’huile de palme, pourraient être touchés. Et "les conséquences pourraient être catastrophiques", à l’image de ce qui s’était passé il y a plus de 10 ans, déjà, avec El Nino.

Un espoir, médical cette fois, également dans la presse ce matin.

C’est Le Figaro qui l’annonce en Une : "bientôt des tests sanguins pour détecter les anomalies graves du fœtus". Un simple prélèvement de sang chez la future mère, pourrait donc "permettre de déceler chez le fœtus, de nombreuses affections génétiques, comme la mucoviscidose, les myopathies ou d’autres maladies gravement handicapantes". C’est le résultat des travaux de chercheurs britanniques. Ce prélèvement sanguin pourrait remplacer notamment l’amniocentèse, et son risque, non négligeable, de fausses couches. L’étude britannique indique que pour le seul Royaume-Uni, entre 250 et 265 fœtus pourraient être sauvés chaque année. Des fœtus, qui aujourd’hui, font les frais des techniques actuelles.

On termine avec Michael Jackson. La presse en reparle.

Selon Le Parisien/Aujourd’hui en France, le Roi de la pop aurait finalement été enterré, la semaine dernière, au cimetière de Forest Lawn, sur les collines de Hollywood, mais "il ne s’agit que d’une rumeur", peut-on lire. Et justement, à propos de Michaël Jackson, je vous renvois à cette interview, un peu surréaliste, de l’écrivain Yann Moix dans Le Figaro. Il s’apprête à sortir un bouquin sur Jackson à la rentrée (un livre de plus !), et Yann Moix fait tout un parallèle entre le chanteur et Sainte Thérèse de Lisieux. (je vous jure que c’est vrai). Selon Yann Moix, "entre les poèmes de la petite Thérèse et Billie Jean, il n’y a aucune réelle différence !". Et Le Figaro fait dire à l’écrivain cette phrase, qu’on va qualifier de définitive : "Michael Jackson n’a jamais été aussi vivant que depuis sa mort". Bon, on pourrait ajouter que "s’il n’était pas mort, il serait toujours vivant". C’est pas mal, ça non plus, dans le genre phrase définitive qui ne veut pas dire grand-chose ? En tout cas, c’est vrai que depuis le 25 juin, (jour de sa disparition), pas moins de 16 millions de CD ont été vendus, dont 1 million et demi, rien qu’en France.