La chronique développement durable de Brigitte Béjean

  • A
  • A
La chronique développement durable de Brigitte Béjean
Partagez sur :

Brigitte Béjean revient sur une initiative ayant permis le sauvetage des ruisseaux du Morvan. Dans Europe 1 matin avec Aymeric Caron.

Les ruisseaux du Morvan, en Bourgogne se meurent. En tout cas, la flore et la faune disparaissent. Pour lutter contre celà un projet ambitieux et assez original a été mené ces dernières années pour restaurer les cours d'eau et, parmi les espèces très menacées, une écrevisse qui montre patte blanche.

Elle s'appelle "écrevisse à patte blanche", c'est une espèce locale. Il y avait aussi dans ces ruisseaux des moules perlières - qui font réellement des perles -, des poissons divers, le chabot, la lamproie de planaire, etc. Les pratiques agricoles ne faisaient vraiment pas de bien à tous ces animaux : pesticides, passage des tracteurs dans les tous petits ruisseaux, passage des troupeaux. Parfois, ces petites rivières bien sauvages ont été malmenées, abîmées, elles ont perdu leurs méandres, elles ont perdu la richesse de leur flore et donc aussi leur faune aquatique. Dans ce projet expérimental, on vient de tout rénover, on a recréé des méandres par un vrai travail d'orfèvre. Il a fallu quatre ans et trois millions d'euros, dont la moitié financée par l'Europe, pour restaurer 50 km de ruisseaux. On a fait ça en Bourgogne, mais également en franche-Comté. On a protégé les sources à l'origine de ces ruisselets. On a installé des petits ponts pour que les tracteurs arrêtent d'agresser les ruisseaux en les traversant. le vice-président du parc naturel du Morvan souligne d'ailleurs que ce n'est pas toujours facile de faire accepter ces mesures par les agriculteurs.

Est-ce que ça a donné des résultats ?

Ca n'a pas trop mal marché, puisque le nombre et la variété des larves d'insecte et puis le retour des truites, dans parfois moins d'un mètre d'eau, tout celà prouve que ça a marché. Pour les écrevisses et les moules perlières ça ne suffira peut-être pas, elles sont réellement au bord de l'extinction, donc leur rendre un habitat propre c'est une condition nécessaire mais il faudra encore du temps pour voir si c'était suffisant. L'exemple du Morvan a en tout cas inspiré l'uerope qui espère pouvoir réutiliser cette expérience, notamment sur les sites européens protégés : les sites Natura 2000.