La chronique développement durable de Brigitte Béjean

  • A
  • A
La chronique développement durable de Brigitte Béjean
Partagez sur :

Brigitte Béjean consacre sa chronique développement durable au chlordécone, ce pesticide interdit depuis quinze ans. Dans Europe 1 Matin avec Marc-Olivier Fogiel.

Le chlordécone, c'est ce pesticide interdit depuis quinze ans, qu'on a largement utilisé aux Antilles, dans les bananeraies, et qui persiste très longtemps dans le sol. Un rapport sort aujourd'hui et montre que d'autres pays sont peut-être contaminés.

Oui, c'est un rapport de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques qui s'est penché sur cet insecticide qui est un polluant organique persistant. Quand on dit qu'il reste longtemps dans le sol : entre 100 et 700 ans, selon la nature du sol. Et pendant ce temps là, il contamine les végétaux qui poussent sur ce sol. Il contamine les nappes phréatiques, donc les cours d'eau, donc la mer.

Aux Antilles, ça fait longtemps que l'eau et les aliments sont sous surveillance. Ils ne sont pas indemnes de chlordécone, mais disons que les normes limites sont globalement respectées. Sauf, et c'est important, pour les produits de la mer. Vous voyez, à l'échelle d'une île, la contamination va vite d’un polluant qui est dans le sol à un poisson contaminé.

En fait, ce qu'on découvre dans ce rapport, c'est que le chlordécone, il n'y en a pas eu seulement aux Antilles?

Non, c'est vrai. La molécule était fabriquée par les Américains. On Sait qu'ils en ont fabriqué en tout 1800 tonnes. 300 tonnes seulement ont été officiellement utilisées aux Antilles. Où sont les 1500 tonnes restantes? Certains affirment qu’elles ont été utilisées clandestinement aux Antilles. Certains l'affirment aussi un peu, aux Etats Unis. Sinon, probablement, un peu en Amérique Latine. Enfin de façon certaine, il y en a en Allemagne, dans l'ex Allemagne de l'Est, et en Pologne, où on s'en servait pour lutter contre les doryphores et les vers taupins.

Le problème, c'est que dans ces pays là, on ne cherche même pas d'éventuelle contamination au chlordécone, tout simplement parce que ce pesticide est interdit depuis des années et que les autorités n'ont pas conscience que le problème ne fait peut-être que commencer.

L'info en plus : On attend dans quelques mois les résultats d'une étude sur les cancers de la prostate liés au chlordécone.