La chronique développement durable de Brigitte Béjean

  • A
  • A
La chronique développement durable de Brigitte Béjean
Partagez sur :

Pendant cinq jours, Brigitte Béjean consacre sa chronique développement durable aux enjeux verts des Européennes. 70% de notre législation verte vient de l'Europe. Aujourd'hui, la taxe poids lourds. Dans Europe 1 Matin.

C'est le premier des cinq dossiers environnements de l'Europe que nous vous présentons cette semaine. Cette taxe poids lourds est destinée à appliquer le principe pollueur/payeur aux camions. Elle n'est pas encore votée mais elle est déjà bien avancée.

Oui, le parlement sortant, que nous renouvelons dimanche prochain, l'a déjà votée, en première lecture, il y a tout juste deux mois. Autrement dit, le processus législatif européen a commencé, et évidemment, il va se poursuivre après les élections. L'idée est celle du Français Jacques Barrot, qui était commissaire européen aux Transports jusqu'à l'année dernière. Faire payer aux transporteurs routiers une taxe en fonction de leurs nuisances à l'environnement. On prendra en compte la pollution, le bruit, et même les embouteillages. Autrement dit, un vieux camion, très polluant, qui prendra une autoroute en zone urbaine, là où il y a des riverains, et à l'heure de pointe, sera très pénalisé par rapport à un camion aux normes vertes les plus récentes, qui évitera les heures et les axes les plus encombrés. Projet qui sera applicable à tous les camions, dès 3,5 tonnes à partir de 2012.

Mais c'est un projet qui a pris du retard ?

Oui, parce qu'il est devenu socialement très sensible, à cause de la crise du pétrole l'an dernier, puis à cause de la crise tout court. Mais il fait quand même l'objet d'un consensus important. Par exemple, en mars, quand les eurodéputés l'ont voté, ils ont plébiscité la mesure qui prévoit que le revenu de cette taxe sera obligatoirement affecté au verdissement des tranports. En particulier au développement du fret ferroviaire. Façon de montrer aux Etats membres, qui ont encore leur mot à dire, que le parlement européen y tient, et ne lâchera pas l'affaire.

L'info en plus : la France a d'ores et déjà prévu de mettre en place cette taxe d'ici fin 2011.