La chronique développement durable de Brigitte Béjean

  • A
  • A
La chronique développement durable de Brigitte Béjean
Partagez sur :

Brigitte Béjean consacre sa chronique développement durable à l'oïdium, ce champignon parasite amateur de bonne vigne. Dans Europe 1 Matin avec Marc-Olivier Fogiel.

L'oïdium est un champignon parasite des plantes, qui aime beaucoup la vigne. On le trouve surtout autour de la Méditerranée, mais depuis quelques années, on en trouve aussi plus au nord, en Alsace et en Bourgogne notamment où il arrive à cause de conditions climatiques qui lui sont favorables : plus chaud et moins de pluie. Alors, faut-il traiter la vigne tous azimuts ?

Oui, on peut traiter tous azimuts. C'est la saison, d'ailleurs, et les traitements sont en cours. Et vous savez que la viticulteurs utilisent beaucoup de produits phyto-sanitaires. Mais ce n'est bon ni pour l'environnement, ni pour le porte-monnaie des exploitants. Une entreprise de la région de Montpellier, l'Institut coopératif du vin, a donc essayé de faire du vin avec des grappes plus ou moins atteintes par l'oïdium.

Résultat : si les grappes sont atteintes à moins de 5%, cela n'a aucune conséquence sur la qualité du vin. Ce qui est tout de même une bonne nouvelle. On peut faire le même vin avec un raisin qui n'est pas à zéro défaut. En revanche, on ne peut pas gommer les défauts du vin si des grappes sont atteintes à plus de 13%. Rien à faire, même en essayant d'adapter, d'améliorer la vinification. A partir de 13%, les arômes changent, deviennent désagréables, le vin est plus tannique, plus desséchant, plus agressif. Bref, pas bon. Et entre les deux, entre 5 et 13%, on peut grandement limiter les défauts avec des préconisations de vinifications adaptées.

Donc les viticulteurs ne sont pas forcément obligés de traiter au moindre signe d'oïdium ?

Si l'oïdium apparaît au printemps, pour sauver le vin, il vaut quand même mieux traiter, préconise l'étude. Mais si on n'a aucun signe de maladie en juin, si les premiers symptômes apparaissent plus tard, à l'été, en fait on peut se passer de traitement.

L'info en plus : et si le raisin est trop atteint, reste une seule solution, trier les grappes.