La chronique développement durable de Brigitte Béjean

  • A
  • A
La chronique développement durable de Brigitte Béjean
Partagez sur :

Brigitte Béjean consacre sa chronique développement durable à la question des fameux biberons au bisphénol. Toxique ou non toxique, le débat continue. Dans Europe 1 Matin avec Marc-Olivier Fogiel.

La ministre de la Santé avait fait grincer des dents, il y a quelques semaines, en expliquant que la présence de bisphénol A dans les plastiques de certains biberons est sans danger. Mais les associations ne baissent pas les bras, et entendent dévoiler aujourd'hui toute la vérité sur le bisphénol.

Oui, c'est le réseau environnement santé, le RES, qui va dévoiler aujourd'hui un dossier très complet sur le bisphénol A. Toutes les données, tous les chiffres sont dedans. Ce produit, on le sait, est un perturbateur endocrinien. Il agit sur les hormones, il peut provoquer des troubles très variés, surtout pour les bébés, dans le ventre de leur mère, et pendant leurs premiers mois de vie.

Non dangereux, dit donc la ministre de la Santé. Alors que la mairie de Paris vient, elle, de décider de ne plus utiliser de biberon au bisphénol dans les crèches. En fait, le ministère de la Santé se base sur un récent avis de l'AFSSA ?

Oui, rapport très critiqué par le RES. Parce que la norme admissible retenue par les autorités françaises, qui est la norme européenne, d'ailleurs. Cette norme est trop élevée, dit le RES. Pourquoi ? Parce qu'on s'est basé sur des études menées sur des animaux, mais on a écarté les études qui relevaient des problèmes, même avec de très faibles doses. Et quand on constate des problèmes avec les animaux, pour appliquer les précautions nécessaires à l'homme, normalement on prend des normes 10 fois plus strictes pour l'homme, et même 100 fois plus strictes pour les enfants. Ce n'est pas le cas pour le bisphénol. Bref, il faudrait des normes au moins 5.000 fois plus sévères.

Vraiment, le Réseau Environnement Santé ne mâche pas ses mots envers l'AFSSA, qu'il accuse, en brandissant des preuves, de ne pas respecter les bonnes pratiques de l'évaluation des risques.

L'info en plus : la directrice de l'AFSSA recevra le Réseau Environnement Santé dans 10 jours.