La chronique développement durable de Brigitte Béjean

  • A
  • A
La chronique développement durable de Brigitte Béjean
Partagez sur :

C'est jeudi que se tient le Grenelle des ondes, promis par le gouvernement. Tous les acteurs concernés, y compris les associations qui luttent contre les antennes relais, et bien sûr les opérateurs seront présents pour tenter de trouver un consensus. Le bras s'enclenche dès lundi.

Oui, car les associations, comme Robin des Toits, ont décidé de faire appel massivement à la justice dès lundi. Vous vous souvenez peut-être que la justice a ordonné depuis deux mois plusieurs démontages d'antennes au bénéfice du doute, en application du principe de précaution. Puisque qu'ils ne comprennent sur les décisions de justice, disent les associations, allons-y franchement! Elles déposent donc dès lundi et d'ici jeudi, 15 nouvelles plaintes.

Ce que demandent les associations, c'est qu'on diminue la puissance des antennes. En France, elles peuvent émettre de 41 à 61 volts par mètre. Pour vous donner quelques idées de comparaison, la norme est de 6 volts par mètre en Italie, 3 au Luxembourg, 3 dans la région de Bruxelles. A Paris, la norme, c'est 2 volts par mètre seulement, en vertu d'une convention signée entre les opérateurs et la ville. "Fixons cette norme à 0,6 en France!", demandent les associations. Ce sera bientôt la norme maximale au Lichstenstein...

Existe-t-il déjà des mesures des ondes des antennes relais? Où peut-on les consulter?
Oui, la liste de toutes les émetteurs d'ondes électromagnétiques, pas seulement les antennes-relais. Tout est en ligne sur le site cartoradio.fr, le site de l'agence nationale des fréquences avec les resultats de toutes les mesures. Dans les grandes villes, c'est mesuré quasiment à chaque coin de rue. Par exemple à Europe 1, il y a 0,3 volt par mètre dans l'école qui est juste derrière la radio, et 1 au bureau de poste d'à côté.

L'info en plus: il n'y aura sans doute pas de décision jeudi lors du Grenelle des antennes... Il y aura encore quelques réunions de travail, rien ne sera tranché avant au moins un mois.