L'édito politique de Claude Askolovitch

  • A
  • A
L'édito politique de Claude Askolovitch
Partagez sur :

L'âge de la retraite : le grand débat

L’édito politique d’Europe 1… Bonjour Claude Askolovitch… Repousser l’âge légal de la retraite n’est pas une question taboue... C’est ce qu’a dit François Fillon hier... Mais il ajoute qu’il faut en discuter dans un grand débat au moment des présidentielles ou des législatives ! Pour vous, Claude, ça va aller plus vite ?

Il faut être logique... On est en train d’en parler... Là, maintenant... Et dans des termes qui ne trompent pas. François Fillon ne fait pas de la philosophie politique, s’il dit qu’une question n’est pas un tabou... C’est qu’il va agir... Donc la retraite à 60 ans va certainement être balayée... Ou bien elle sera contournée ! Et on dira qu’on n’a pas le choix !

En ce moment, on teste. On lance une phrase, on regarde comment l'opinion réagit, comment les syndicats réagissent. C’était le jeu de Brice Hortefeux, quand il a lancé le chiffre de 67 ans... Fillon c'est un peu plus compliqué parce qu'il a déjà fait sa réforme des retraites en 2003... Et ça n'a pas suffit à résoudre le problème financier. Donc il solennise la question pour ne pas perdre la face !

Mais en réalité, on cadre le débat, et toujours dans le même sens..... Donc l’allongement de la durée de la vie, donc le déficit des retraites, les exemples étrangers, l'Allemagne, la Grande-Bretagne... C'est une mise en condition...

Pourquoi le gouvernement ne donne-t-il pas ses solutions directement ?

Parce que politiquement, c’est un sujet brûlant. C’est même le seul sujet qui peut réveiller le mouvement social... La retraite à 60 ans... C’est tout ce qui reste dans la crise... D’une époque où les réformes, ça voulait dire un progrès social... Du travail pour les jeunes, la retraite à 60 ans ! On chantait ça à gauche dans les années 70... Ca n’a pas marché, les jeunes n’ont pas de travail... Mais on ne casse pas les vieux rêves comme ça...

La droite doit faire attention à ne pas humilier les gens. L’UMP a gagné les européennes, la Gauche politique est à la rue, les syndicats ont totalement raté leurs mobilisations samedi dernier... Et aussitôt, le gouvernement en profite pour organiser la casse sociale ? Ca serait une manœuvre très dangereuse...

A priori, ce n’est pas la ligne de Nicolas Sarkozy... Qui ne veut surtout pas redevenir un diable néolibéral... Et qui n’a pas envie maintenant, d’aller nourrir des manifestations monstres à la rentrée...

Mais comment faire passer la fin des 60 ans ?

En expliquant qu’une soustraction, c’est aussi du social... En expliquant que c'est pour le bien de tous, pour sauver le système des retraites...

C’est possible, mais à condition d’éviter un débat religieux ; à condition d’entraîner les syndicats en faisant la réforme avec eux... Et en mettant vraiment des critères sociaux... On protège ceux qui ont travaillé les plus jeunes et ceux qui ont travaillé le plus dur...

Il faudrait aussi être capable de débattre toutes les solutions... Y compris sur les financements des retraites... Sur une taxation des profits financiers... Ou les impôts... C’est très bien de ne pas avoir de tabou sur les 60 ans...C'est encore mieux de ne pas avoir de tabous sur sa propre idéologie...