L'édito politique de Claude Askolovitch

  • A
  • A
L'édito politique de Claude Askolovitch
Partagez sur :

La relance de l'écologie

MOF : La politique : des faits, un décryptage, une analyse. C’est l’édito politique d’Europe 1. Bonjour Claude Askolovitch… C’est donc le printemps vert ! Jean-Louis Borloo a relancé hier la réflexion sur la taxe carbone... Le président de la république veut investir autant dans les énergies renouvelables que dans le nucléaire ! On fait semblant, parce qu’il y a eu les élections européennes... ou il se passe vraiment quelque chose ?

C.A : Il se passe quelque chose vraiment. Mais ce qui change après les 16% de Cohn-Bendit ! C’est la mise en scène et c’est la manière dont on regarde ces débats, c'est le rapport de force, dans l'opinion et à l'intérieur du pouvoir ! Clairement, les partisans d'une taxe sur les énergies fossiles et sur l’énergie sont plus forts aujourd'hui Borloo qui est soutenu et conseillé par Hulot (il n'a jamais disparu dans cette histoire) a plus de poids face à ceux qui sont plus réticents, comme l’administration des finances ou François Fillon. Ca ne veut pas dire qu’on est entré dans le meilleur des mondes écologistes. La transformation des économies et des modes de vies, c’est indispensable mais c'est dur... Il y a des résistances, il y a le risque de dégâts sociaux, ou des dérapages fiscaux de la prudence. Michel Rocard - c’est lui qui mène la réflexion sur la taxe carbone l’explique très bien. On y réfléchit, mais ce ne sera pas avant 2011. Si le président le décide.

MOF : Et justement Nicolas Sarkozy, il est vert ou il fait de la politique ?

C.A : Il fait de la politique, mais c'est pour ça qu'il est devenu vert ! Dans ces histoires, ça fait un moment qu'il a misé sur l'écologie ; ça n'a pas toujours été facile, il n'a pas toujours eu des rapports facile avec Hulot par exemple. Il avait l'impression qu'on lui forçait la main quand il a signé le pacte écologique, avant la présidentielle. Mais ensuite, il y a eu le grenelle ; il y a eu les mesures écologiques pendant la présidence française en Europe. Il a toujours soutenu Borloo, Kosciusko Morizet, et il joue beaucoup sur Chantal Jouanno. L’écologie est devenu une partie structurante de son discours... il la remet dans ses mots; il veut à la fois les énergies renouvelables et le nucléaire... Mais c'est devenu un de ses arguments dans l'Europe et au nom de l'Europe, face à l'Amérique... Chez Sarkozy... ce qui est politique construit une sincérité !

MOF : Noel Mamère et des députés verts disent que c'est une apparence...

C.A : Ca montre qu'il y a deux cultures dans l'opposition... Il y a ceux qui prennent ce qui est bon à prendre, comme Daniel Cohn-Bendit, ça lui réussit bien ! Et il y a des purs et durs... comme Mamère ou bien des opposants un peu automatiques. On a toujours raison de faire attention. Il y a toujours du miel des paroles présidentielles, mais est-ce que ce miel est bio ? Et Mamère a raison aussi de constater qu’à l’assemblée, les députés UMP ne sont pas toujours au diapason... Mais à l'arrivée les choses avancent ; et expliquer qu'il ne s'est rien passé, c'est un déni de réalité. C'est pour ça aussi que l'opposition socialiste est tombée dans un trou...