L'édito politique de Claude Askolovitch

  • A
  • A
L'édito politique de Claude Askolovitch
Partagez sur :

François Bayrou : l'aventure présidentielle est-elle terminée ?

L’édito politique d’Europe 1, bonjour Claude Askolovitch.
François Bayrou est le grand perdant des Européennes... Il est maintenant contesté à l’intérieur même du MoDem... Pour vous, son aventure présidentielle est terminée ?

Ce matin... Il n’y a pas d’aventure présidentielle de François Bayrou.... François Bayrou n’est plus présidentiable...

Ca reviendra peut-être... Mais en ce moment, je ne vois pas une majorité de Français capable de l’envoyer à l’Elysée...

Ca va bien au-delà de son mauvais score... Ou de ses erreurs stratégiques...

C’est tout ce qu’il a montré à la fin de la campagne... Pas seulement face à Cohn-Bendit...

On avait un homme qui se comportait comme un chef absolu, un rédempteur.... Le sauveur suprême de la République... Un homme imbu de lui-même, extrêmement brutal, et qui était fier de sa brutalité... Un populiste, qui dénonçait les élites... Qui dénonçait des complots imaginaires... Qui lançait des attaques personnelles... Quand il a attaqué Cohn-Bendit, Bayrou a expliqué que cette colère lui ressemblait... Beaucoup de gens ont eu très peur de ce François Bayrou là...

Pour vous, ce n’est pas seulement l’antisarkozysme de Bayrou qui a posé un problème ?

Non. Et il faut faire attention... Etre un opposant, ça existe dans la République, et c’est légitime ! Bayrou représente très bien, et mieux que les socialistes, ces Français qui ont un vrai problème avec Nicolas Sarkozy...

Le problème... C’est que l’opposition à Sarkozy, a nourri les défauts de Bayrou... Une capacité à la haine...

Il y a quelque chose de terrible quand on relit son livre sur Sarkozy... Bayrou expliquait que Sarkozy était quelqu'un de très dangereux parce qu'il construisait un pouvoir personnel, et qu'il ne maîtrisait pas ses nerfs et sa brutalité...

Dans le MoDem, Bayrou a construit un pouvoir personnel capricieux... Et dans la campagne il a été brutal et ne s'est pas maîtrisé : quand Cohn-Bendit s’est moqué de lui... Bayrou l’a accusé d’être complaisant envers les pédophiles... Il a agi comme la caricature de Nicolas Sarkozy qu'il a construit en épouvantail.

Après ça, comment peut-il revenir ?

En donnant du temps au temps, comme disait Mitterrand... Qui lui aussi a connu quelques moments de solitude...

Si Bayrou continue de penser qu’il est le sauveur suprême, et un sauveur méconnu, il va se retrouver à la tête d’une secte... Et il finira par détester tout le monde...

L’autre possibilité, c’est que Bayrou soit sorti de son rêve de toute puissance.... Il va retrouver des valeurs... Ses vrais valeurs... Le refus de la brutalité économique, un humanisme chrétien, une politique du respect... S’il met en pratique ces valeurs pour lui-même... S’il accepte de jouer avec les autres...

Dans son parti, où beaucoup de gens lui demandent de revenir sur terre... Kahn, Lepage...

Dans l'espace de l'opposition ensuite, en sortant de cette espèce de mépris souverain qu'il affichait... Il peut revoir la lumière... Tout le monde est faible en ce moment.

Maintenant, ça fait longtemps que Bayrou n’a pas écouté les autres... Même quand ils lui voulaient du bien !