L'édito politique de Claude Askolovitch

  • A
  • A
L'édito politique de Claude Askolovitch
Partagez sur :

Beaucoup de bruit pour rien

MOF : L’édito politique d’Europe 1, bonjour Claude Askolovitch. Finalement, on ne va pas travailler à la maison quand on est malade... Frédéric Lefebvre, le porte parole de l'UMP, a été désavoué, il va renoncer à son projet...

C.A : Et si on est gentil, on dira que la droite fait du Shakespeare, beaucoup de bruit pour rien... Mais c’est un petit impromptu... qui peut avoir des conséquences. Si l’opinion garde en tête l’idée que la droite était en train de préparer un mauvais coup contre les salariés... Frédéric Lefebvre a lancé son débat sur le télétravail pour les gens malades et les femmes enceintes... sans vraiment prévenir personne... A l'Elysée et au gouvernement, on a tout de suite pensé que c’était une très mauvaise idée au mauvais moment... donc le porte-parole de l'UMP a été lâché très vite... Mais le côté comique de l'affaire, c'est que tout le monde ne l'a pas compris tout de suite... Lefebvre a la réputation d'être la voix même de Sarkozy, donc ce qu'il dit prend une force que lui-même ne mesure pas toujours... Le ministre de l’éducation Xavier Darcos a soutenu Lefebvre, parce qu'il croyait que c'était la position officielle du château, et il a été très surpris et très fâché qu'on ne l'ait pas prévenu à temps ! Et Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP, ancien ministre du travail, a soutenu le projet de Lefebvre, jusqu'au moment où le gouvernement a sifflé la fin de la récréation...

MOF : Et ça rajoute évidemment à l’incompréhension...

C.A : Et on se demande même si des gens très responsables ont une vraie conviction... en dehors de la volonté du patron... sur un sujet qui touche quand même la vie des gens... Hier... Xavier Bertrand a eu cette remarque étrange. Il a expliqué qu’il n'avait pas soutenu... l'idée de Lefebvre, mais Lefebvre lui même, en bon camarade... ca fait plaisir de voir que les chefs de l’UMP s’entendent bien... mais ce n’est pas forcément le sujet. Au total. C’est typiquement une équation perdant-perdant... La droite n’a pas osé débattre... Après tout, Lefebvre avait des arguments... il y a déjà des gens qui travaillent quand ils sont malades, parce qu’ils n’ont pas le choix. Mais on a tiré le rideau, et on garde l’impression qu’il se préparait quelque chose de louche... Au fond peut-être que l’UMP trouve que sa campagne européenne allait trop bien...

MOF : Parce que selon vous, il y a d’autres sujets de confusion dans le discours de la majorité...

C.A : Il y en a au moins un... que Nicolas Sarkozy va devoir éclaircir aujourd’hui... C’est la sécurité dans les écoles... Vous avez ce débat sur les portiques, vous avez eu Xavier Darcos... déjà lui... qui a expliqué, comme Lefebvre, sans prévenir personne, qu’il a fallait des brigades de sécurité dans les lycées... et que les recteurs deviendraient des officiers de police judiciaire... Michèle Alliot-Marie a été forcé de lui répondre, par voix de presse, que c’était quand même beaucoup plus compliqué que ça... Donc Nicolas Sarkozy va annoncer un plan sécurité, devant une opinion qui a déjà tout entendu... et qui est ou bien affolée, ou bien déboussolée, ou bien désabusée... On a l'impression que le remaniement aura une véritable utilité... beaucoup de gens auraient bien besoin de vacances politiques... sans télétravail !