L'édito politique - Claude Askolovitch

  • A
  • A
L'édito politique - Claude Askolovitch
Partagez sur :

Campagne européenne, une publicité contestable

L’édito politique d’Europe 1, bonjour Claude Askolovitch…
Les socialistes veulent faire interdire par le CSA le clip officiel de la campagne des européennes, ils y voient un appel déguisé à voter UMP ! Et ils ont raison de s’indigner ?

Oui, ils ont raison de soulever ce débat. Ils en rajoutent, on n’est pas dans une propagande pure et simple pour les listes UMP... mais ce n’est pas un film neutre... il est idéologique, donc il pose un problème.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu...

On voit en accéléré un défilé de grands hommes... Jean Monnet, le père de l’Europe... puis de Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand qui donnent la main à Kohl... et puis Chirac en train de perdre le référendum de 2005...

Et enfin Nicolas Sarkozy dans toute sa gloire au moment de la présidence française.... et au G20...

Historiquement, ça se tient...
Mais c’est tout de même exactement la vision de l’UMP...
Sarkozy qui a ramené la France en Europe, et la présidence française qui a relancé l’union, c’est vraiment l’argument de la majorité...

C’est d’ailleurs une vision en partie exacte, mais on peut la débattre... On peut contester... le G20 par exemple !

Donc cette lecture n’a rien à faire dans un spot qui veut inciter les gens à voter, quelles que soient leur sensibilité.

Ensuite, il y a un autre problème dans ce film... Et c’est lié. C’est l’idée de l’Europe que diffuse ce film. Une Europe qui a été construite uniquement par des hommes d’Etat, l’Europe des grands hommes... On veut décider les gens à voter pour élire des eurodéputés, et on ne dit rien sur le Parlement européen...

On ne voit vraiment rien du tout sur le Parlement européen ?

Si, il y a Simone Veil... en 1979 ! Quand elle était la première présidente d’un Parlement européen... qui n’avait pas de pouvoir...

Donc le message... est simple ; le Parlement, c’est le symbole ; la réalité de l’Europe, ce sont les gouvernements...

Ca c’est vraiment de l’idéologie...

On appelle ça l’Europe des Etats et des gouvernements, une Europe sans contrôle démocratique au niveau de l’union ; c’est une vision dans laquelle les parlementaires européens sont ou bien des gêneurs, ou bien des acteurs inutiles...

Là, on nage en pleine absurdité ! Un film qui veut amener les gens à voter pour un parlement ne devrait pas suggérer l’idée que le parlement ne sert à rien.... en plus l’Europe ne fonctionne pas comme çà !

Les socialistes auraient encore plus d’impact s’ils montraient à quel point ce film est un film contre l’Europe réelle...

C’est ce qu’ils vont faire ?

Pour l’instant, ils veulent surtout marquer des points sur le thème de la démocratie. Le PS a aussi relancé l’offensive sur le décompte du temps de parole du président...

Mais si on est juste, le problème dans cette affaire est moins sarkozyste que français...

L’idéologie de l’Europe des grands hommes, c’est une idéologie française... gaullienne ou jacobine. De la même manière... le gouvernement aurait pu laisser le Parlement européen faire lui-même sa propre publicité... au lieu de commanditer un film contestable...

Mais le mélange des genres entre la communication civique... et la propagande gouvernementale, c’est aussi une exception française... ce pays où l’Etat a trop de pouvoir, et ceux qui le dirigent en profitent forcément...