L'édito politique - Claude Askolovitch

  • A
  • A
L'édito politique - Claude Askolovitch
Partagez sur :

Violences en banlieues.

L’édito politique d’Europe 1, bonjour Claude Askolovitch… Des policiers ont donc été attaqués à l’arme de guerre à la Courneuve... Et on redécouvre la violence dans les banlieues...

On est fasciné par un fait divers.. alors qu’on a une situation qui devrait mobiliser la République tous les jours... A la porte de Paris... On a des policiers abandonnés, dans des territoires abandonnés, au milieu d’une population abandonnée... Les policiers d’abord. Cela fait des mois qu’ils expliquent que leur situation est de plus en plus dure... La semaine dernière, un gardien de la paix de la Seine Saint Denis... avait témoigné sur un site internet qui raconte la banlieue... le "bondy blog". Il parlait d’embuscades, il parlait de policiers qui se faisaient tirer dessus au flashball... et il parlait aussi de kalachnikov... Le deuxième aspect de cette affaire... et là encore... on se demande pourquoi on est surpris, c’est l’endroit où cette agression est arrivée. La cité des 4000 à la Courneuve, c’est une cité qui est devenue le symbole de l’inégalité et de la violence en banlieue... Ce sont les habitants qui sont en danger... Il y a presque 4 ans... un petit garçon de 11 ans, Sidi Ahmed, avait été tué le jour de la fête des pères... il avait été pris dans une fusillade entre deux familles, au milieu de la cité.

C’est au moment de sa mort que Nicolas Sarkozy avait promis de “nettoyer la cité” au karcher...

Et cette phrase avait plus choqué que l’événement en lui-même! Mais le scandale, ce n’était pas le vocabulaire de Sarkozy, c' était la mort d’un petit garçon... Et le vrai problème, c’est qu’il n’y a pas eu de “nettoyage”... puisque les bandes sont toujours là. Ce qui est choquant, ce ne sont pas les mots des politiques... c’est que ces mots sont inutiles. C’est que l’état n’arrive pas à rendre la sécurité aux habitants des 4000 à ses habitants... Il y a des agressions, il y a des commerçants qui se font braquer... Il y a de la drogue... Et vous n’avez toujours pas de commissariat qui s’occuperait uniquement de la Courneuve! Vous n’avez même pas de poste de police à l’intérieur de la cité!

Ce que vous dîtes, c’est que l’Etat abandonne totalement les banlieues difficiles…

Même pas... Il n’y a pas un plan banlieue, pas un plan de rénovation urbaine auquel les 4000 ont échappé. Mais on a manqué de constance... ou les inégalités sont trop fortes. Et les politiques ne sont pas là -en dehors des élus locaux... La gauche ne parle plus du scandale de l’insécurité dans les quartiers populaires; et la droite au pouvoir... fait de la communication autoritaire. Hier, on a convoqué les caméras pour montrer des saisies de drogue aux 4000; l’Etat veut montrer qu’il n’abandonne pas face aux voyous... mais ce n’est pas une question de prestige... On a l’impression que les habitants sont exclus de cette histoire... On ne parle pas de leur vie quotidienne... Ceux qui subissent, ceux qui résistent, ceux qui envoient leurs enfants à l’école... Et ceux qui partent quand ils en ont les moyens... Ceux qui sont prisonniers d’une cité où les coups de feu font partie du paysage... On en a très peu parlé mais.... le maire de la Courneuve vient de porter plainte pour discrimination sociale devant la Halde. la démarche avait l’air artificielle... Elle était peut-être très raisonnable.