Dans quel monde on vit ? - Pierre-Marie Christin

  • A
  • A
Dans quel monde on vit ? - Pierre-Marie Christin
Partagez sur :

"Durban II" : un noble projet qui commence mal.

Marc-Olivier Fogiel : La France a attendu 22h, hier soir pour annoncer qu'elle participera bien à "Durban II", le sommet contre le racisme qui se tient actuellement à Genève. Elle y sera assez seule car ni les Etats-Unis, ni la plupart des Etats européens ne feront le voyage. Pourquoi tant de démocraties boycottent-elles une si noble cause ? Dans quel monde on vit Pierre-Marie Christin ?

C'est une belle cause, évidemment. Mais de quelle cause parle t-on vraiment ? C'est le cœur du problème. Ainsi, pour l'ineffable Ahmadinejad de Téhéran, l'existence même d'Israël est un acte raciste, c'est d'ailleurs en tenant ces propos, qu'il était parvenu à pourrir la première conférence. Pour les Européens, c'est l'homophobie. Pour les 57 états qui se définissent comme musulmans, le racisme c'est critiquer l'Islam...
Et ne croyez pas que nous Européens, arbitres autoproclamés des élégances morales soyons d'accord : pour le Français, être raciste c'est dire que les races existent. Pour les britanniques, c'est justement le fait de nier l'existence de races qui constitue l'acte raciste...
Et pour arbitrer ce joli monde, qui avait-on à Genève ? Un russe ! Vous savez, les grands amis des Tchétchènes...

Marc-Olivier Fogiel : Si je vous suis, Pierre-Marie Christin, ceux qui boycottent ont raison ?

Bien malin qui saurait le dire. Mais il faut être naïf pour penser que chacun allait venir avec ou sans son petit paquet de revanches à prendre et d'humiliations à effacer. Pour les pays les plus pauvres, pour les nations-martyres et les anciennes colonies, cela ressemble trop à une leçon de morale occidentale, maladroitement associée à l'existence de l'Etat d'Israël. Pour les plus roués comme Ahmadinejad (en pleine campagne électorale), c'est une tribune inespérée.
Pourtant, vous l'avez dit, c'est une noble idée... Un peu comme les conférence sur le désarmement dans les années 30. l'ONU reste un rêve géré par des bureaucrates. Et pourtant, il y a 8 ans, lors de la première conférence ratée, on avait pourtant pris conscience du sort des gitans en Europe ou celui des Intouchables en Inde... Ce n'était pas si mal mais on n'en a pas parlé.