C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski

  • A
  • A
C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski
Partagez sur :

Un fils à maman.

L’info insolite, avant de repartir entre 7h30 et 8 heures pour un point complet de l’actualité… Et à New-York, la police a arrêté un homme qui se faisait passer pour sa mère en se déguisant. Ça lui a permis de toucher près de 100 000 dollars d'indemnités. De toute façon, sa mère n'avait pas besoin de cet argent puisqu'elle était morte depuis six ans. C'est "Psychose" votre histoire, Stéphane Blakowski ?

Certains garçons aiment tellement leur maman que ça les rend fous. Et Thomas Parkin adorait sa mère. Quand elle est morte en 2003, il a senti que les 20 000 $ de pension qu'elle touchait chaque année allaient beaucoup lui manquer. En remplissant le certificat de décès, égaré par le chagrin, il a donc inscrit un faux numéro de sécurité sociale. Du coup, la mort de sa mère n'a jamais été enregistrée par l'administration. Les 20 000$ continuaient de tomber. Même si ça ne remplace pas une présence, ça fait toujours un petit réconfort ! Malheureusement les inspecteurs du fisc ne sont pas des sentimentaux. Alors que l'arnaque fonctionnait depuis 6 ans, ils ont souhaité avoir un entretien personnel avec Madame Parkin. Coup de bol ! Thomas n'a jamais vidé la penderie de sa mère. En ajoutant une perruque, une grosse paire de lunettes noires, du maquillage et du vernis, Thomas pouvait faire une vieille dame acceptable. Grâce à ce déguisement, il avait déjà été retiré un chèque à la banque, sans que l'employé ne se rende compte de rien. Ultime précaution, pour ne pas être trahi par sa voix le trahisse, il a même eu l'idée de porter un masque à oxygène. Finalement, comme le loup du chaperon rouge, ce qui a trahi Thomas ce sont ses grosses pattes poilues. "Dites donc madame Parkin, vous avez de sacrées grandes mains pour une mère-grand !" a fait remarqué l'inspecteur. Et clac, il lui a passé les menottes ! Aujourd'hui, on se demande si Thomas va pas finir en prison ou à l'hôpital psychiatrique. En effet, la police a découvert que Thomas vivait avec un cercueil dans son salon. Il a déclaré aux enquêteurs : "J'ai recueilli le dernier souffle de ma mère, désormais elle vit en moi." Malgré cela, les flics ont du mal à le prendre pour un dingue. En refaisant les comptes de ce que Thomas a escroqué sous le nom de sa mère, ils se sont rendus compte qu'il y en avait pour 1 million de dollars.