C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski

  • A
  • A
C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski
Partagez sur :

MOF : C’est un plaisir, même pour ceux qui n’aiment pas le foot, d’écouter Alex Ruiz sur Europe 1… Mais selon des chercheurs britanniques, 2 millions d’automobilistes mettent leur vie en danger en écoutant du foot au volant. Pas ceux qui écoutent Europe 1, Stéphane Blakowski ?

S.B : Ah bin non, les auditeurs d’Europe 1 sont des gens formidables, donc ils conduisent tous prudemment. En revanche, ceux qui écoutent les autres radios, là faut se méfier …
Dans le cas de la Grande-Bretagne, 30 % des hommes suivent les matchs à la radio au moins une fois par semaine. Sachant à quel point les supporters sont capables de s’exciter pendant un match, un assureur s’est demandé si ça n’augmentait pas les risques d’accident ? Et bin, il a pas été déçu. L’université de Leicester a fait le test avec 12 cobayes dans un simulateur de conduite. Seuls les deux cobayes qui ne s’intéressent pas du tout au foot ont conduit paisiblement pendant une heure et demie ! Les dix autres n’ont pas arrêté de d’accélérer et de freiner au gré du match. Un supporter de Chelsea a doublé tout le monde en zigzagant lorsque l’arbitre a sifflé penalty contre son équipe … Un fan de Newcastle a accéléré en même temps que son équipe contre-attaquait, au point de commettre un excès de vitesse. Et puis, il y a les chiffres. Quand leur équipe marque un but, 15 % des supporters expriment leur joie en lâchant le volant pour lever les deux mains, "Ouuuaiiis !!!" et encore mieux, après un but, 12 % quittent la route des yeux … Ils sont tellement émus qu’ils veulent regarder le ralenti sur leur autoradio … Pour l’instant l’assureur s’est contenté d’envoyer un courrier recommandant de ne pas écouter de match en conduisant. Mais si on peut sauver des vies pourquoi ne pas interdire la retransmission du foot à la radio ? Enfin, méfiance quand même, parce que si c’est pour diffuser des émissions culturelles à la place, sachez que la somnolence est à l’origine d’un tiers des accidents mortels sur autoroute.