C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski

  • A
  • A
C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski
Partagez sur :

Tombera, tombera pas...

Marc-Olivier Fogiel : En Chine, un homme est resté plusieurs heures en haut d’un pont, en menaçant de se jeter dans le vide. Impossible pour la police de le raisonner. Un badaud s’est finalement approché de lui pour lui tendre la main, et là, hop ! Il l’a poussé dans le vide. Il est tombé de haut, Stéphane Blakowski ?

Et bien, Chen Fuchao a quand même fait une chute de huit mètres, mais depuis le temps qu’il menaçait de sauter dans le vide, les pompiers attendaient avec leur matelas gonflable sous le pont. Du coup, il a fini à l’hôpital avec une cheville cassée, tandis que celui qui l'a poussé était amené au commissariat.
Finalement, Chen Fuchao a eu du bol, car à 32 ans, il n’avait pas vraiment l’intention de mourir. Son but était juste d’attirer l’attention. Son chantage au suicide, c’était pour dénoncer une agence immobilière qui refusait de lui payer une dette de 180 000 euros.
Au départ, tout s'est passé comme prévu. Les premiers badauds ont appelé les pompiers, qui ont appelé la police qui a bloqué la circulation. Et bien sûr, tout ça a fini par attirer les journalistes.
Pour le coup, les journalistes connaissent ce pont puisque depuis le mois d’avril, il a été le théâtre de onze tentatives de suicide. À chaque fois, la police coupe la circulation, ça crée des embouteillages monstres et au bout du compte ce sont les habitants du quartier qui ont envie de se pendre.
Du coup, Lian Jianshen, 66 ans, a décidé d’intervenir. Après cinq heures d'attente, il en a eu marre de voir la situation s'éterniser : "Alors il saute ou il saute pas !?". N’y tenant plus, il s’est faufilé jusqu’à la police pour demander à parler au suicidaire, les policiers ont hésité et Lian a réussi à se faufiler.
Il s'est assis près du faux désespéré, il lui a tendu la main pour le mettre en confiance, et hop ! Il l’a tiré dans le vide.
Une fois son geste accompli, Lian Jianshen est resté sur le pont pour saluer la foule et réclamer des applaudissements. Son moment de gloire n'a pas duré. En effet, les policiers ont dû le ramener à l'hôpital psychiatrique où il avait déjà été interné plusieurs fois à cause de son tempérament impulsif.