C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski

  • A
  • A
C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski
Partagez sur :

"Centre de recherche sur le tabagisme" : un troquet pas comme les autres

Marc-Olivier Fogiel : alors là, c’est pas une amende d’un milliard mais de 135 euros pour les patrons de bars qui n’ont pas mis en place le panneau d’interdiction de fumer dans leur établissement… Eh bien, c’est peut-être fini puisqu’un juriste vient de trouver une faille dans la loi anti-tabac. Depuis la semaine dernière, le "Cutting Edge" est redevenu un pub fumeur et la police ne peut rien faire ...Ah ! Juste un détail, ça se passe en Angleterre, Stéphane Blakowski ?
Ben oui Marc-Olivier, mais faut pas oublier que Paris est plus proche de Londres que de Marseille. C'est bientôt les élections européennes. Alors n'oublions pas que ce qui se passe en Angleterre pourrait bientôt concerner la France au nom de l'unité européenne. À Barnsley, en Angleterre il y a un pub nommé le "Cutting Edge". Avec l'interdiction de fumer, la clientèle se fait rare. Seule une irréductible bande d'habitués résiste au comptoir. Ils passent leur temps à râler, sauf James Martin. James Martin, 40 ans, sait que les râleurs sont des impuissants, lui, il veut agir ! En étudiant la loi, il découvre que les derniers lieux publics où l'on peut fumer dans le pays sont les centres de recherche sur le tabagisme. Qu'est-ce qu'un centre de recherche anti-tabagisme ? C'est une pièce dans laquelle les fumeurs sont invités à remplir un formulaire pour affiner les statistiques du ministère de la santé sur leur taux de mortalité. Pour les remercier, on les laisse fumer une clope sur place. James Martin a donc proposé à la patronne de transformer son pub en centre de recherche sur le tabagisme.

Désormais, au lieu d'aller boire un coup au "Cutting Edge", on va boire un coup au "Centre de recherche sur le tabagisme". Hyper sympa ce centre de recherche ! Il y a un comptoir, comme au "Cutting Edge", on vous sert des bières, comme au "Cutting Edge", il y a de la musique, tout le monde se parle, tout le monde plaisante et l'avantage, c'est qu'on a le droit de fumer, comme au bon vieux temps, comme avant la crise. Tu remplis ton formulaire au comptoir, et t'es tranquille pour la soirée.
La municipalité rêve de coller une grosse amende au "Cutting Edge" mais c'est pas si simple. Pour l'instant, personne n'est sûr qu'ils soient hors la loi. En tout cas, il y a quatre fois plus de monde au « Cutting Edge » et pour ce qui est de la santé, on peut glisser une pièce pour la lutte contre le cancer dans un gobelet posé sur le comptoir.