C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski

  • A
  • A
C'est pas pour critiquer - Stéphane Blakowski
Partagez sur :

Fumez ! C'est pour la bonne cause.

Marc-Olivier Fogiel : Pour les râleurs qui en ont marre de l’interdiction de fumer dans les cafés, un nouvel eldorado vient d’ouvrir en Chine… Là-bas, fumer est devenu obligatoire ! Mais comment on fait pour obliger les gens à fumer, Stéphane Blakowski ?
Et bin ça, c’est partout pareil. Pour faire appliquer le règlement, il suffit de coller une groooosse amende à ceux qui n'obéissent pas. Dans district de Gong’an, situé dans la province du Hubeï, les fonctionnaires sont désormais obligés d’acheter chaque année un quota de cigarettes. Chaque commissariat, chaque mairie, chaque service administratif du district va devoir acheter 400 cartouches de cigarettes par an. Sinon, "Bing !" 110 euros d’amende ! Sachant qu'en Chine le salaire moyen est de 200 euros, forcément ça donne envie d'en griller une petite !
Alors bien sûr, ça pose un petit problème. En effet, selon pas mal d'études scientifiques, il semblerait que "Fumer tue". Mais rassurez vous ! Pour protéger les enfants, dans les écoles, le quota a été réduit à 140 cartouches par an !
Le but de cette mesure n’est cependant de lutter contre la surpopulation. Le but, c’est d’affronter la crise et donc ... de remplir les caisses ! En forçant les fonctionnaires à acheter certaines marques de cigarettes produites dans la région, le gouvernement local devrait encaisser 450 000 euros ! L’ironie de l’histoire, c’est que dans un souci de santé publique, le gouvernement central a récemment augmenté les taxes sur le tabac. Résultat, grâce à cette augmentation, le gouvernement local devrait encaisser un peu plus d’argent ! Certains internautes chinois, pensent d'ailleurs que l’argent n'ira pas que dans les caisses, mais aussi dans les poches des responsables de l’administration. Alalala, les gens sont les mêmes partout ! Dès que les dirigeants prennent des mesures audacieuses contre la crise, le peuple ne peut pas s'empêcher de critiquer ! Pfff … quelle ingratitude !