C’est dans ma boîte – Martial You

  • A
  • A
C’est dans ma boîte – Martial You
Partagez sur :

Le spleen des patrons

Ce matin Martial You, vous revenez sur le moral des patrons et vous nous parlez d'un record. Et quel record !
Triste record historique : les patrons français n'ont jamais été aussi déprimés. Leur moral est au plus bas depuis 1993... Nous cherchons à nous épanouir au travail - c'est une spécificité française - et alors qu'on recherche le plaisir, les Allemands, eux, courent après la sécurité ou les Anglais parlent carrément de routine.
Mais selon David Sibony, de l'agence de communication "Instants de bonheur", on attend trop de notre vie au bureau : "Faut pas se leurrer et croire que c'est en entreprise qu'on va trouver le bonheur, affirme-t-il. On ne peut pas le segmenter comme ça, en disant "moi je suis heureux et j'ai du bonheur au travail, à 16h30, quand je sors j'ai plus de bonheur". On va s'enrichir parce qu'on a une certaine fierté d'appartenance à une entreprise dans laquelle on se trouve bien, parce qu'on rencontre des gens tout ça va contribuer au bonheur."

La déprime est un sujet tabou car les managers la vivent comme un signe de faiblesse et savent que ça peut rejaillir sur l'ensemble de leur entreprise : alors on embauche maintenant des coach d'optimisme pour donner du sens à l'action des cadres. Guibert Del Marmol, auteur de Tomber plus haut est l'un d'eux. Son travail ? Conseiller les patrons et les banquiers qui ont perdu leurs repères ces derniers mois.

L'optimisme, c'est maintenant la nouvelle clé de voûte professionnelle, et si vous êtes d'humeur chagrine et d'un tempérament pessimiste, on vous conseille la bonne vieille liste : tous les soirs, vous écrivez les trois-quatre éléments positifs de la journée et au bout d'un certain temps, cela agira comme un élément anti-dépresseur.
On voit aussi se développer dans l'entreprise l'optimisme comparatif : ça consiste en se dire que notre avenir est meilleur que celui des autres. Ca aide mais ça peut aussi se traduire par un argument qu'on entend de plus en plus : "Si vous ne m'augmentez pas, retirez au moins la voiture de fonction de mon collègue !" C'est moins brillant, mais ça existe.