Poutou prône la répartition des richesses

  • A
  • A
Poutou prône la répartition des richesses
@ DR
Partagez sur :

Le candidat du NPA veut porter la voix du monde du travail. Pour sortir de la crise, il promet de combattre la finance et défend l’égalité entre tous.

EDUCATION : PRESERVER L'ECOLE PUBLIQUE

Pour Philippe Poutou, l’éducation doit demeurer un bien collectif et égalitaire, au service des plus nécessiteux.

L’éducation est un service public. "L’éducation n’est pas une marchandise, c’est un droit pour tous les jeunes", énonce le NPA. Le parti défend le statut de fonctionnaire d’Etat titulaire des personnels dans les écoles, refuse la privatisation de l’école (écoles "libres", religieuses), dénonce les subventions aux écoles privées et réclame une "école publique, gratuite, laïque et mixte, ouverte à tous les jeunes".
 
 Non à la concurrence. "Il faut refuser tout ce qui concourt à transformer le champ éducatif en marché", défend le parti anti-capitaliste. Le NPA refuse "la transformation des établissements et des universités en entreprises mises en concurrence ou l’abandon du monopole d’État quant à la délivrance des diplômes". Par ailleurs, il exige "un débat public et démocratique permettant de définir les programmes et les contenus enseignés, et la nationalisation de tous les organismes de formations professionnelles".
 
 Non à la sélection. "Contre la suppression du collège unique et la contre- réforme du lycée à la carte", le NPA souhaite refonder "le système éducatif français très inégalitaire". Le parti dénonce "toute orientation ou sélection avant 18 ans, défend la possibilité de scolariser les enfants dès 2 ans, le droit à la scolarité des jeunes handicapés et le droit de tous les jeunes à une culture commune et partagée". Philippe Poutou propose également la création d’"un service public de la petite enfance, gratuit et diversifié" et s’oppose à "la culture de l’évaluation individuelle et du mérite personnel".
 
 L’exigence d’une culture commune. "Nous ne voulons pas d’un monde où travail ‘manuel‘ et ‘intellectuel’ sont séparés". Le parti défend une éducation coopérative qui exclut l’individualisme, la compétition, les notes et les classements. Pour en finir avec les difficultés et les échecs scolaires, le NPA prône d’abord des mesures sociales : droit au logement décent, droit au travail pour leurs parents, droit aux soins gratuits, et droits sociaux.

 

EMPLOI : POUR UN BOUCLIER SOCIAL

Pour lutter contre le chômage, Philippe Poutou promet une augmentation des salaires, la création d’emplois publics et l'interdiction des licenciements.

Interdiction des licenciements. Philippe Poutou prône "l’interdiction des licenciements et des suppressions d'emplois dans les services publics". Le contrat de travail et la rémunération seront prolongés tant que le salarié n'a pas retrouvé un travail équivalent, précise le parti. "Si l'entreprise en a les moyens, c'est à elle de prendre en charge le salarié. Sinon c'est au patronat collectivement d'assurer la garantie de l'emploi : le salarié sera pris en charge par un fonds de sécurité de l'emploi", précise le candidat.

Bouclier social. Le NPA propose la mise en place d’un "bouclier social contre la crise" ainsi qu'"une augmentation des salaires et des minimas sociaux  de 300 euros pour toutes et tous". Le Smic sera, lui, porté à 1 600 euros. Pour financer ces mesures, le parti promet l’annulation de la dette et de ses intérêts, "un arrêt des cadeaux fiscaux" et "l’augmentation des impôts sur les riches et les grandes entreprises". 

Emplois publics. Le NPA propose "une relance des services publics par la création massive d’emplois dans l’éducation et la santé". 

Généralisation des emplois jeunes pour lutter contre le chômage des 15-25 ans.

Temps de travail. Le NPA propose d'instaurer les 32 heures de travail hebdomadaire, car "il faut répartir les richesses et le temps de travail", selon Philippe Poutou.

Coût du travail. Le NPA défend la réduction des cotisations sociales des salariés.

Retraite. Le parti défend "le retour à la retraite à 60 ans à taux plein".

Banques. S’il est élu, Philippe Poutou imposera "la nationalisation des banques pour les mettre au service d'un modèle de croissance sociale et écologique". Les institutions financières seront unifiées et placées "sous contrôle de la population et des travailleurs".

Marchés publics. Pour réserver une part des marchés publics aux PME, le NPA défend l’instauration d’un "Small Business Act" comme aux Etats-Unis.

ENERGIE : POUR l'ABANDON DU NUCLEAIRE

Au cœur du programme du NPA, l’abandon de la filière nucléaire dans les 10 ans.

Transition énergétique. "Par son caractère intrinsèquement gaspilleur et antidémocratique, par les dangers insurmontables qu’elle représente pour les vies humaines et par les investissements très coûteux et non durables qu’elle implique, la poursuite de l’industrie nucléaire est incompatible avec la nécessaire transition énergétique radicale", énonce le parti. Philippe Poutou propose que la filière nucléaire soit supprimée en moins de dix ans et remplacée grâce "aux énormes potentiels dans les domaines éolien (sur terre et en mer), le solaire, le bois, l’hydraulique, l’hydrolien, etc.".

Expropriation. "Notre ennemi, c’est le lobby industriel nucléaire français et c’est pourquoi nous proposons son expropriation sans indemnité ni rachat", prévient le NPA, qui propose la création d’un grand service public de l’énergie géré directement par les travailleurs.

 

POUR UNE EUROPE PROTECTRICE

Philippe Poutou défend une "Europe des peuples" à l’inverse de l’Europe marchande et libérale qu’il dénonce.

Pour une Europe démocratique. Au lieu d’être "une protection pour les peuples et les travailleurs", l’Europe représente selon le NPA, "une menace pour les règles démocratiques les plus élémentaires" et "suscite les rejets et les tentations de replis nationalistes". Philippe Poutou prône une "Europe des peuples", en rupture, dit-il, avec les traités et institutions existants, fondée sur la démocratie, la collaboration et la solidarité entre les peuples.

Pour une Europe sociale. Le NPA dénonce une "Europe libérale, faite par et pour les capitalistes, qui vise à mettre les peuples en concurrence dans le cadre de la mondialisation capitaliste". Les pays européens doivent, selon lui, décider ensemble une hausse des salaires, l’interdiction des licenciements, l’annulation des dettes et la nationalisation des banques. "A la logique du profit nous opposons la satisfaction des besoins sociaux. A la concurrence généralisée nous opposons la solidarité. A la privatisation des secteurs clés de l’économie nous opposons leur appropriation sociale", poursuit le parti.

IMPÔTS : JUSTICE FISCALE, CONTRE LES RICHES

Contre les "cadeaux aux plus fortunés" de Nicolas Sarkozy, le NPA veut redistribuer les richesses aux classes moyennes et populaires.

L’impôt sur le revenu. Cet impôt doit être fortement progressif et le taux marginal atteindre 100 % au dessus d’un revenu de 260.000 euros par an, propose le NPA. L’ensemble du revenu des personnes physiques doit être pris en compte dans la base imposable. Comme les niches fiscales, le quotient conjugal sera supprimé et le quotient familial révisé, ajoute le parti.

L’impôt sur les sociétés. Le NPA prône une hausse du taux d’imposition actuel de 33%. "Un simple retour à une imposition de 50 % même sur les bases de calcul actuelles permettrait de faire passer l’impôt sur les sociétés de 36 milliards à 54 milliards d’euros", énonce le parti. "Une telle augmentation de l’impôt sur les sociétés ne paraît vraiment pas hors de portée et serait une mesure minimale", se justifie-t-il.

Les impôts indirects. "La justice fiscale impose de réduire drastiquement la part des impôts indirects dans l’ensemble des recettes". Dans une première étape, Philippe Poutou se dit favorable à la création d’un taux zéro de TVA sur les produits indispensables à l’existence (alimentation, eau, chauffage, livres scolaires, etc.) avant la suppression définitive de la TVA et de la TIPP. Enfin, le NPA souhaite rétablir la vignette automobile, notamment pour les 4x4.

Les impôts sur le patrimoine. "Notre proposition est de construire un impôt sur la fortune incluant l’ensemble du patrimoine, ‘outils de production’ et œuvres d’art compris et qui soit fortement progressif (avec suppression de l’abattement sur la base fiscale)", énonce le NPA. Toutes les possibilités d’évasion fiscale seront également supprimées et un montant déterminé d’exonération couvrira plus des trois quarts de la population.

Les impôts locaux. Pour Philippe Poutou, "la taxe d’habitation doit reposer sur une base qui renvoie aux moyens contributifs de chacun et non au type de logement". Il convient également de modifier la taxe foncière : la valeur des biens prise en compte pourrait être la valeur vénale déclarée par les contribuables, avec possibilité de préemption par les communes. Les impôts locaux seront tous réformés en fonction des inégalités de richesse entre communes.

INSTITUTIONS : POUR UNE DEMOCRATIE RELLE

Le parti anticapitaliste veut remplacer le pouvoir présidentiel par le pouvoir populaire.

Régime présidentiel. "Ma première mesure si j’étais élu serait d’abolir le régime présidentiel pour établir une démocratie réelle", prévient Philippe Poutou sur son site officiel. "Aujourd’hui le peuple est gouverné, il ne gouverne pas. Il faut que les travailleurs, le gros de la population prenne ses affaires en main", ajoute le candidat. En exemples, le NPA cite "les Indignés, les révolutionnaires du monde arabe, les salariés de Fralib" qui mettent en place ce type de pouvoir populaire à une échelle embryonnaire. "Il faut le généraliser à l’ensemble de la société", affirme le parti sans plus de précision.

Conseil constitutionnel. Le NPA propose la suppression du Conseil constitutionnel, une "institution antidémocratique".

POUR UN DROITE AU LOGEMENT DURABLE

Philippe Poutou défend avec volontarisme des mesures pour réguler le marché de l’immobilier.

Réquisitions. "Le droit à un logement durable de bonne qualité pour tous est une urgence", selon le NPA. Pour réaffirmer "ce droit fondamental constamment bafoué", le parti propose des mesures radicales : la mise en œuvre de la loi de réquisition des logements vides et l'interdiction des expulsions sans relogement préalable.

Service public. Philippe Poutou défend également "la création d'un grand service public du logement car le marché n'a pas de vertus régulatrices comme voudrait nous le faire croire le gouvernement". Les loyers seront par exemple plafonnés à 20% du revenu des locataires.

Logements sociaux. Si le NPA arrive au pouvoir, un million de logements sociaux seront construits de toute urgence. Le parti exigera par ailleurs l’application dans toutes les localités de la loi SRU, qui impose aux villes de disposer d'au moins 20% de logements sociaux.

SECURITE : LUTTER CONTRE LA PAUVRETE

Philippe Poutou souhaite privilégier la lutte contre la pauvreté par rapport à la répression policière.

Lois. Le NPA promet l’abrogation de toutes les lois et mesures sécuritaires.

Police. Le parti prône la dissolution des brigades anti-criminalité (BAC) et des polices municipales.

Effectifs. Le NPA se dit "défavorable à l’augmentation des effectifs de la police". Selon le parti, il doit être aussi mis fin au "rôle répressif et anti-social de la police". Par ailleurs, "cette police est souvent raciste, provocatrice à l’égard des jeunes des quartiers et la multiplication des bavures est encouragée par une quasi impunité des auteurs de celles-ci", accuse le NPA.

Insécurité. "La véritable insécurité est sociale. La violence dans les cités ou les quartiers populaires est le résultat de la pauvreté et du chômage", selon Philippe Poutou.