Mélenchon : l'humain au coeur de son projet

  • A
  • A
Mélenchon : l'humain au coeur de son projet
Le candidat du Front de Gauche fait de la lutte contre les inégalités sa priorité.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le candidat du Front de Gauche fait de la lutte contre les inégalités sa priorité.

EDUCATION : DES MESURES POUR "L'ECOLE DE L'EGALITE"

Jean-Luc Mélenchon veut promouvoir une école humaniste, indépendante des logiques de marché.

Lutte contre l’inégalité.  Le Front de gauche prône l’égalité scolaire pour tous. Pour ce faire, il souhaite rétablir les fonds sociaux et les fonds d’aide à la restauration à "la hauteur des besoins".  Des postes d’assistants sociaux scolaires seront créés. Des observatoires des inégalités verront également le jour, rassemblant des élus, des parents, l’ensemble des personnels de l’Education ainsi que des élèves.

Allongement du temps scolaire.  Le Front de Gauche propose  une "école émancipatrice qui permette l’élévation pour tous du niveau des savoirs acquis et des qualifications reconnues". Pour ce faire, Jean-Luc Mélenchon souhaite allonger  le temps scolaire avec un droit à la scolarité dès 2 ans et une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans

Plus de moyens pour l’Education. Les suppressions de postes  dans l’Education nationale seront stoppées. Le Front de Gauche suggère d’engager en outre un plan de recrutement pour rétablir tous les postes supprimés depuis 2007. Il souhaite également faire passer la part du budget consacré à l’Education de 5,6% à 7% du PIB.

Redonner du sens au métier d’enseignant. Une nouvelle réforme de la formation des enseignants articulera formation de haut niveau dans la ou les disciplines à enseigner, formation professionnelle et ouverture à la recherche et s’appuiera sur des pré-recrutements. Le Front de Gauche entend renégocier  les règles de gestion pour en supprimer tout arbitraire. Le statut de fonctionnaire d’État, garantie de la liberté pédagogique et de l’égale qualité du service public sur tout le territoire, sera renforcé.

Oeuvrer à la protection des jeunes. Le Front de Gauche veut  privilégier la prévention en s’adressant aux jeunes en voie de délinquance ou de déscolarisation. Pour cela, il créera des structures d’accueil adaptées et formera  des personnels éducatifs et judiciaires.

EMPLOI : PRIORITE A LA "DEPRECARISATION"

Le FG préconise notamment  une augmentation du SMIC et une limitation des hauts revenus.

Le CDI doit devenir la norme. Le Front de gauche souhaite faire de la "déprécarisation une priorité absolue". Pour ce faire, Jean-Luc Mélenchon entend réaffirmer la primauté de l’embauche en CDI avec un quota maximal, inscrit dans la loi, de 5 % d’intérimaires et de CDD au sein des grandes entreprises et de 10 % pour les PME. Cette mesure s’accompagnera d’une réforme de l’impôt sur les sociétés, qui sera allégé pour celles qui font le choix de l’emploi stable et bien rémunéré et alourdi pour celles qui font le choix inverse.

Encadrement des CDD et de l’intérim.  Le recours aux intérimaires et contrats à durée déterminée sera strictement encadré. Un quota maximal d’intérimaires et de contrats à durée déterminée égal à 5% des effectifs dans les grandes entreprises et 10% dans les PME sera instauré sauf dérogation justifiée.

Un plafond pour les hauts salaires. Le plus haut salaire ne pourra dépasser plus de vingt fois les plus bas. Cette mesure aura pour effet de limiter les plus hauts salaires à 360.000 euros, selon les rémunérations en cours aujourd’hui.  De cette manière, les dirigeants d’entreprise ne pourront gagner plus sans d’abord augmenter les salariés du ’’bas de l’échelle’’. Le SMIC sera lui réévalué à 1.700 euros mensuels bruts pour 35 heures dès 2012 pour atteindre 1.700 euros nets à la fin du quinquennat.

Sauvegarder l’industrie. Le Front de gauche prône l’interdiction les licenciements pour les entreprises dont les profits augmentent. Il demande notamment la mise en place un droit de veto des représentants des salariés sur les décisions stratégiques et veut réquisitionner si besoin les outils de production menacés.

Retraite à 60 ans. Le FG souhaite rétablir le droit à la retraite à 60 ans à taux plein, soit 75% du salaire de référence,  pour tous avec la prise en compte de la pénibilité de professions particulières donnant droit à des départs anticipés. Aucun salarié ne touchera de retraite inférieure au Smic. Le financement des retraites sera assuré en particulier par une cotisation nouvelle sur les revenus financiers des entreprises.

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE ENERGETIQUE

Mélenchon souhaite nationaliser le secteur de l’énergie et organiser une consultation sur le nucléaire.

Nationalisation du secteur de l’énergie. Le Front de gauche milite pour une nationalisation du secteur de l’énergie au nom de la transparence, de l’indépendance et de sa qualité. Un pôle 100% public de l’énergie sera créé. Il rassemblera notamment Areva, EDF, GDF et Total.

Référendum sur la question nucléaire.  Le Front de Gauche propose aussi  la mise en place d’un grand "débat national immédiat sur la politique énergétique en France". A l’issue de celui-ci, un référendum sera organisé pour trancher la question.

La planification écologique. Le candidat souhaite appliquer un moratoire sur toutes les politiques de déréglementation de l’énergie et demande l’abrogation de la loi NOME, portant sur  l’organisation des Marchés de l'électricité. Jean-Luc Mélenchon compte augmenter les investissements, emplois et formations nécessaires pour maîtriser la demande énergétique et aller vers davantage de sobriété.

Tarif social. Jean-Luc Mélenchon milite pour la mise en place d’un tarif social et progressif assurant à tous l’accès à l’énergie et à l’eau. Les coupures d’électricité seront pour leur part supprimées.

Energies renouvelables.  Le Font de Gauche veut mettre en place  un réseau de géothermie profonde et engager un effort budgétaire massif pour diversifier les sources d’énergies. L’accent sera notamment mis sur la recherche et la formation pour le développement des énergies renouvelables.

CONSTRUIRE UNE AUTRE EUROPE

Le FG veut  développer des "politiques européennes nouvelles, libérées des marchés financiers".

S’affranchir du traité de Lisbonne. Le Front de Gauche entend mettre en chantier un nouveau traité qui serait adopté en France par référendum. Il prône une "désobéissance, susceptible de faire tâche d’huile dans l’Union et dans la Zone euro". Dans cette optique, il défend la création d’un fonds de développement social, écologique et solidaire européen qui remplacera le Fonds de stabilité financière mis en place en 2010.

Changer de politique économique. Le Front de gauche prône le réaménagement négocié des dettes publiques, l’échelonnement des remboursements, la baisse des taux d’intérêts les concernant et leur annulation partielle. Il exige des moratoires et des audits sous contrôle citoyen.

Refondre les missions de la BCE. Selon le Front de Gauche, la Banque centrale européenne doit être mise sous contrôle démocratique pour lui permettre de pouvoir prêter à taux faibles, voire nuls, directement aux Etats. La BCE sera désormais aussi chargée de promouvoir l’emploi, la formation et les services publics.

Une autre politique migratoire.  Jean-Luc Mélenchon veut mettre un terme aux  politiques d’Europe "forteresse" et de stigmatisation des étrangers non communautaires. Les accords de Schengen seront à cet effet renégociés au profit d’une action en faveur de politiques nouvelles de migrations internationales et de co-développement, notamment en direction des pays méditerranéens.

IMPOTS : UNE FISCALITE PLUS JUSTE

Jean-Luc Mélenchon veut réformer la fiscalité pour redonner toute sa place à l’impôt sur le revenu.

Pour un impôt sur le revenu "réellement progressif". Le Front de Gauche souhaite réformer la fiscalité pour redonner toute sa place à un impôt sur le revenu "réellement progressif". Il veut mettre en œuvre une nouvelle cotisation sociale sur les revenus financiers afin d’aller vers la suppression de la CSG et l’abrogation de toute fiscalisation de la protection sociale.

Augmentation de l’ISF. Le bouclier fiscal sera supprimé et les rendements de l’ISF augmentés via un remise à plat du démantèlement de la fiscalité du patrimoine entreprise sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. 

Fiscalité des entreprises. Jean-Luc Mélenchon veut supprimer les 30 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales patronales et propose de taxer les revenus financiers des entreprises. L’impôt sur les sociétés et le taux des cotisations sociales seront modulés afin d’inciter les entreprises à développer la valeur ajoutée, les formations, les salaires et l’emploi. A contrario, les entreprises qui délocalisent, développent leurs placements financiers, ou se servent des nouvelles technologies pour supprimer des emplois et dégrader les conditions de travail seront pénalisées.

Fin de l’évasion fiscale. Une loi anti-évasion fiscale sera instaurée pour permettre  l’imposition des revenus des Français à l’étranger.

INSTITUTIONS : LA MISE EN PLACE D'UNE VIe REPUBLIQUE

Jean-Luc Mélenchon propose de modifier la Constitution pour "restaurer la démocratie".

Une Constitution pour la VIe République. Le Front de Gauche propose d’instaurer une Assemblée constituante distincte de la nouvelle Assemblée nationale, ayant pour mandat de rédiger un projet de Constitution nouvelle pour une VIe République. Cette assemblée sera élue au suffrage universel, dès 2012. Elle sera élue à la proportionnelle intégrale sans seuil, avec la parité. Les parlementaires en exercice ne pourront s’y présenter et les élu(e)s de la Constituante ne pourront être candidats aux élections suivantes.

Limitation des pouvoirs du chef de l’Etat. Jean-Luc Mélenchon entend rétablir la primauté de l’Assemblée nationale sur l’exécutif. A cet effet, "les pouvoirs exorbitants du président de la République doivent être supprimés dans le cadre d’une redéfinition générale et d’une réduction de ses attributions". Le gouvernement sera responsable devant l’Assemblée nationale.

Suppression du Sénat. Le Front de Gauche propose de supprimer le Sénat ou de le réformer en profondeur pour qu’il devienne une chambre relais des collectivités locales et des initiatives citoyennes.

Droit de vote et élections. La proportionnelle sera mise en place pour tous les scrutins. La parité sera mise en place pour toutes les élections et le cumul des mandats sera strictement limité dans les temps. Jean-Luc Mélenchon souhaite mettre en place une citoyenneté de résidence. Les personnes extracommunautaires bénéficieront du droit de vote aux élections locales.

Développer la démocratie participative.  Jean-Luc Mélenchon veut inscrire dans la Constitution le principe de la démocratie participative. Les domaines d’intervention populaire seront élargis et le référendum pourra être initié à partir de pétitions réunissant un pourcentage représentatif de la population. L’initiative de loi sera ouverte aux citoyens, aux organisations syndicales et aux associations.

LOGEMENT : UNE POLITIQUE VOLONTARISTE

Jean-Luc Mélenchon souhaite mettre en place un plan d’urgence pluriannuel de cinq ans.

1.000.000 de logements sociaux en 5 ans. Le Front de Gauche propose la construction de 200.000 logements publics sociaux par an dans le cadre d’un plan d’urgence pluriannuel de cinq ans. Le budget attribué au logement se montera à 2% du PIB. Le financement des crédits alloués au logement social sera financé par le relèvement du plafond du livret A à 20.000 euros.

 Promotion de la mixité sociale. Jean-Luc Mélenchon veut mettre fin à la mise à l’écart de quartiers sensibles en développant la mixité sociale. Pour  y parvenir, les politique urbaines et de l’habitat devront viser favoriser la cohésion entre les habitants.

Fin de la spéculation immobilière.  La spéculation financière et immobilière sera taxée  via une "taxe contribution logement" de 10% sur les revenus financiers". Concernant les loyers, le FG propose de bloquer les loyers dans le public et d’encadrer les loyers dans le privé. L’objectif est que la part du loyer et des charges dans le budget des familles ne dépasse pas 20% de leurs revenus.

Aides aux locataires. Jean-Luc Mélenchon prône l’interdiction des expulsions locatives de toute personne ou famille en difficulté sociale. Il suggère de mettre en place une sécurité locative mutualisée pour garantir à tous le droit au maintien dans son logement. Les moyens de l’hébergement d’urgence seront de leur côté garantis et renforcés.

Un service public national du logement. Le candidat veut développer un service public national et décentralisé du logement, de l’habitat et de la ville. Celui-ci se développera autour de quatre pans : un pôle public financier,  un pôle public de la construction,  une agence nationale foncière décentralisée au niveau des régions et des outils publics pour mettre en œuvre localement le droit au logement en concertation avec les acteurs concernés.

INSECURITE : PLUS DE MOYENS

Mélenchon prône la police de proximité, la prévention et le redéploiement de force de police.

Davantage de moyens humains. Le Front de Gauche s’engage à  stopper la baisse des effectifs de la police. A cette fin, il prône le recrutement de nouvelles forces de police. Il souhaite regrouper l’ensemble des polices de sécurité publique dans un service public unifié.

Développer la police de proximité. Jean-Luc Mélenchon compte revoir la répartition des effectifs de police sur le territoire en mettant l’accent sur la police de proximité. Il propose d’augmenter les effectifs dans les communes les plus en difficulté et propose de lancer un plan de construction de locaux et d‘ouverture de commissariats. 

Abrogation des lois "sécuritaires". Jean-Luc Mélenchon souhaite lutter contre la vidéosurveillance et le "fichage généralisé" des citoyens. Les dispositifs de loi "anti-jeunes" et "criminalisant"  les familles en difficulté seront supprimés. Le candidat du Front de Gauche compte également abroger la loi LOPPSI 2 et les lois "sécuritaires" prises depuis 2002.

Mettre l’accent sur la prévention.  Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité, le Front de Gauche préconise de doubler l’aide de l’Etat aux collectivités territoriales et aux mouvements associatifs pour les actions sociales et de prévention. Ces aides prendront la forme de subventions ou d’investissements directs dans les  services publics les plus touchés.

Lutte contre la corruption. Jean-Luc Mélenchon défend l’idée d’une loi contre la corruption et les conflits d’intérêts pour sanctionner la "délinquance en col blanc".