La galaxie de Marine Le Pen

  • A
  • A
La galaxie de Marine Le Pen
Me Collard s'est rallié au FN en 2011@ REUTERS
Partagez sur :

Rajeunissement et "ouverture", telles sont les caractéristiques de la garde rapprochée de Marine Le Pen.

Elle est l’unique héritière politique de son père, mais Marine Le Pen n’avance pas seule dans sa course vers l’Elysée. En campagne, sur la scène médiatique ou dans les arcanes du Front national, la candidate nationaliste s’entoure de fidèles entièrement voués à sa cause et à la "dédiabolisation" du mouvement d’extrême droite.

SON ÉQUIPE DE CAMPAGNE

Comme son père, Marine Le Pen aime fustiger les "élites", mais ne se prive pas de confier les rênes de sa campagne à un ex-énarque, Florian Philippot. Agé de 29 ans seulement, cet ancien d’HEC, passé des rangs chevènementistes à ceux du FN, fait équipe avec Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, vice-président du Front national, chargé, lui, du projet présidentiel de la candidate. A noter également dans la garde rapprochée de la candidate, la présence du gaulliste Paul-Marie Coûteaux, souverainiste acharné et passé par nombre de cabinets ministériels (de gauche, comme de droite). Soucieuse de pacifier ses relations avec les médias, Marine Le Pen peut en outre compter sur l’efficacité d’Alain Vizier, grand chambellan de la communication au FN.

SES PROCHES

On pourrait l’appeler "la connexion héninoise". Dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen s’est liée d’amitié avec plusieurs responsables FN locaux, dont certains occupent aujourd’hui des responsabilités nationales : c’est le cas de Bruno Bilde, directeur de cabinet de la candidate frontiste ou de Steeve Briois, secrétaire général du mouvement en charge, notamment, de la formation des cadres. Autre symbole de "l’ère Marine", la promotion dans les hauteurs du parti de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente en charge des affaires sociales, une première au FN.

SES SOUTIENS MÉDIATIQUES

Assumer sa préférence pour la présidente du FN n’est pas chose facile. Pourtant, Gilbert Collard l’a fait sans détour en avril 2011. Longtemps homme de gauche (il a soutenu François Mitterrand en 1981), le célèbre avocat constitue "la caution d’ouverture" du nouveau Front national et préside aujourd’hui le comité de soutien de la candidate frontiste. Parmi ceux-ci figure, notamment, l’ancien pilote de rallyes, Pierre Lartigue, trois fois vainqueur du Dakar.

SES RÉSEAUX

Tout au long de sa campagne, Marine Le Pen peut s’appuyer sur l’apport d’un "think tank" créé de toutes pièces par Louis Aliot et baptisé "Club Idées Nation". Ce dernier se présente comme un "club de réflexions, d'analyses et de propositions" au bénéfice de la candidate frontiste. Laquelle peut également s’appuyer sur une forte activité militante sur Internet, péjorativement appelée la "fachosphère" et représentée par des sites comme Nationspresse ou fdesouche.