Yannick Jadot n'hésitera "pas une seule seconde" à voter Macron

  • A
  • A
Yannick Jadot n'hésitera "pas une seule seconde" à voter Macron
"Moi j'ai retiré ma candidature pour participer à un grand rassemblement."@ Eric CABANIS/AFP
Partagez sur :

L'ancien candidat EELV a dénoncé l'"irresponsabilité politique" de Jean-Luc Mélenchon". 

Yannick Jadot (EELV) a affirmé jeudi qu'il "n'hésiterait pas une seule seconde" à voter pour Emmanuel Macron contre le "projet raciste" de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Il a également dénoncé "l'irresponsabilité politique" de Jean-Luc Mélenchon qui refuse de donner une consigne de vote.

"Marine Le Pen sait trouver les mots". Interrogé sur France Inter, l'ancien candidat EELV à la présidentielle a tenu à préciser sa position vis-à-vis du candidat d'En Marche!: "Ce qu'il raconte sur l'écologie ce n'est pas grand chose, ce qu'il veut faire sur l'Europe c'est toujours plus de libre-échange, mais je n'hésiterai pas une seule seconde à voter Emmanuel Macron le 7 mai parce que je refuse le projet raciste de Marine Le Pen". Interrogé sur la visite mercredi de la candidate du Front National à l'usine Whirlpool d'Amiens, Yannick Jadot a estimé que "Marine Le Pen sait trouver les mots (...) pour imposer un projet qui n'est pas de préférence nationale mais qui est un projet de préférence raciale".

"Robert Ménard à la liberté de la presse". "Est-ce qu'on imagine demain la France gouvernée par Bruno Gollnisch aux affaires étrangères ? Par Marion Maréchal-Le Pen en charge des droits ou des non-droits des femmes ? Par Robert Ménard à la liberté de la presse ? On va avoir un gouvernement complètement dingue et on ne se pose plus la question de qui est profondément menacé par l'émergence, l'arrivée de Marine Le Pen ?" a interrogé Yannick Jadot.

Un rassemblement "impossible avec Mélenchon". L'ancien candidat EELV, qui après avoir gagné la primaire s'était rallié au candidat PS Benoît Hamon, a ensuite dénoncé l'"irresponsabilité politique" de Jean-Luc Mélenchon, qui refuse de donner une consigne de vote à ses électeurs pour le 7 mai. "Quand on défend la France métissée, on la protège contre le Front National, parce que ce ne sera pas Jean-Luc Mélenchon par exemple qui sera victime de l'ostracisme, de la stigmatisation ou du racisme dans ce pays", a-t-il dit.

"Moi j'ai retiré ma candidature pour participer à un grand rassemblement. Parce que ce grand rassemblement pouvait gagner cette élection présidentielle (..) Avec Jean-Luc Mélenchon, ça a été impossible, comme c'est impossible aujourd'hui pour les législatives. La France insoumise c'est 'soumets-toi et marche derrière-nous', il n'y a pas de négociations, il n'y a rien qui construit du compromis entre nous", a regretté Yannick Jadot.