Yade a son "tempérament", mais "elle est disciplinée"

  • A
  • A
Yade a son "tempérament", mais "elle est disciplinée"
Partagez sur :

Patrick Devedjian a ironisé, mardi sur Europe 1, sur les hésitations de la secrétaire d’Etat en vue des régionales.

"Elle a son caractère. Elle a son tempérament. Mais au bout du compte, elle est toujours disciplinée et elle fait ce qu’on lui demande de faire", a assuré Patrick Devedjian, interrogé, mardi sur Europe 1, sur les hésitations de Rama Yade en vue des élections régionales de 2010.

"Elle se rallie finalement à la conception de l'intérêt général, une fois qu'elle l'a admis. Il faut parfois exprimer son tempérament", a ajouté le ministre de la Relance.

La secrétaire d'Etat aux Sports, porte-parole de la campagne UMP en Ile-de-France aux régionales, a été accusée dans la majorité de rechigner à se présenter dans le Val-d'Oise. Elle aurait souhaité être candidate dans les Hauts-de-Seine, où elle est conseillère municipale de Colombes depuis 2008.

Le ministre de la Relance est également revenu sur l’affaire Clearstream. Sur ce dossier, "j’invite tout le monde à respecter le délibéré du tribunal. On ne doit pas interférer dans ce délibéré en faisant des pressions politiques extérieures", a avisé Patrick Devedjian, visant à mots couverts Dominique de Villepin, qui a fait sa rentrée politique lundi soir, en marge d’un débat à Sciences-Po.

"Ce n’est pas convenable et c’est même dangereux", a renchéri Patrick Devedjan, avant d’ajouter : "Le débat posé par ce procès n’est pas un débat entre deux hommes. C’est un débat de morale politique. Quand on est au gouvernement, est-ce qu’on peut utiliser les moyens de l’Etat pour manœuvrer un rival politique. Et bien ça ne doit pas être possible. La justice qui doit y veiller."

En point de mire des propos du ministre de la Relance : Dominique de Villepin encore, contre qui le parquet a requis 18 mois de prison avec sursis, pour "sa complicité" dans la manipulation Clearstream, "en raison de son silence et de son inaction".