Wolfgang Schäuble : "L'Europe ne pourra pas accueillir autant de migrants que l'année dernière"

  • A
  • A
Wolfgang Schäuble : "L'Europe ne pourra pas accueillir autant de migrants que l'année dernière"
Wolfgang Schäuble et Michel Sapin étaient les invités du "Grand Rendez-vous", diffusé dimanche.@ Europe 1
Partagez sur :

Wolfgang Schäuble et Michel Sapin étaient les invités du "Grand Rendez-vous Europe 1, iTELE, "Le Monde", dimanche. Ils sont revenus sur la crise des migrants. 

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, et Michel Sapin, le Ministre des Finances et des Comptes publics, étaient les invités du Grand Rendez-vous de Jean-Pierre Elkabbach, dimanche matin, pour une interview croisée à l'occasion de la sortie de leur livre commun, Jamais sans l’Europe ! Entretiens croisés de deux Européens convaincus.

Deux pays, deux priorités. Même s'ils admettent avoir des priorités différentes pour leur pays respectif, Wolfgang Schäuble et Michel Sapin reconnaissent devoir travailler en toute solidarité. Wolfgang Schäuble a en effet affirmé dimanche matin : "En toute objectivité, nous avons des situations différentes, notamment en matière d'économie. Pour la France, le grand défi est la guerre contre le terrorisme et pour l’Allemagne, c’est plus le problème des réfugiés mais je suis convaincu que le président Hollande et la chancelière allemande vont trouver une solution aux problèmes. La vérité, c’est que l’Europe est en position difficile et pour cela il nous faut une France forte, tout comme une Allemagne forte et une importante coopération". 

"La solidarité ne se fait pas à sens unique". Selon Wolfgang Schäuble, cette crise des migrants va renforcer l'Europe. "Nous sommes sur la voie de l’amélioration et à plus long terme, l’Europe va apprendre que le défi de la mondialisation ne peut être abordé qu’ensemble", a insisté le ministre allemand. "Et la crise des réfugiés n’est qu’une conséquence de la mondialisation. L’Europe doit donc prendre plus d’engagements pour œuvrer pour la stabilité au Moyen-Orient. Et nous allons devoir réapprendre en Europe que la solidarité ne se fait pas à sens unique." 

"Il faut aider la Turquie". Pour le ministre allemand des Finances, "il faut donc renforcer les frontières extérieures de l’Europe". "C’est indispensable, dans la mesure où on ne veut pas fermer les frontières à l’intérieur de l’Europe", estime-t-il. "Pour la Turquie, il faut l’aider pour qu’elle-même nous aide à relâcher la pression, mais cela ne sous-entend pas qu’il faille sous-estimer les problèmes auxquels, eux (les Turcs), sont confrontés". Michel Sapin partage son avis et ajoute : "Ce qui compte, c’est que nous soyons capables ensemble d’apporter des réponses. Il faut de la solidarité et de la construction politique". 

L'Europe doit réduire sa capacité d'accueil. Les deux ministres sont formels. "L'Europe ne pourra pas accueillir autant de migrants que l’année dernière" car, comme l'a expliqué Wolfgang Schäuble, dont le pays à accueilli 1,1 million de migrants l'an passé, "il va falloir préserver le droit national, européen et international. Il est nécessaire de penser à deux choses : il n’est pas possible que toutes les personnes en difficulté dans le monde viennent en Europe car c’est au-delà de nos capacités. Mais l’Europe a une grande responsabilité. Elle doit apporter une aide à ceux qui sont dans une situation vraiment difficile".