Woerth : la majorité fait bloc

  • A
  • A
Woerth : la majorité fait bloc
@ REUTERS
Partagez sur :

Plusieurs leaders de droite, dont Nicolas Sarkozy, ont soutenu sans faille le ministre du Travail.

Depuis le début de l’affaire Bettencourt, devenue l’affaire Woerth, la consigne est claire à droite : la solidarité gouvernementale doit jouer à plein, et le soutien doit être sans faille vis-à-vis de l’une des valeurs sûres du gouvernement, choyé par Nicolas Sarkozy. Le chef de l’Etat a d’ailleurs montré l’exemple dimanche soir.

"M. Woerth est un homme qui a toute ma confiance, voilà. Mais je vous l'ai déjà dit hier. Heureusement qu'on ne se voit pas demain parce que, si vous m'aviez posé la question, je me serai un peu répété", a répondu le président de la République en marge du G20 de Toronto. "C'est normal que nous rendions des comptes, c'est normal que nous nous expliquions. Mais essayons aussi un peu de nous intéresser aux sujets qui se posent. J'ai confiance en M. Woerth", a-t-il répété.

Soutien ostensible

Dimanche, François Baroin, successeur d’Eric Woerth, avait également défendu avec force l’ancien ministre du Budget. "Il n’y a aucune trace à Bercy, d’une quelconque intervention d’Eric Woerth dans ce dossier (Bettencourt) ou dans d’autres", avait-il lancé sur Europe 1. "C’est un homme qui a beaucoup agi contre la fraude fiscale (…) et un excellent ministre."

Dimanche toujours, il y avait du beau monde dimanche sur le plateau du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. L’invité, très attendu, était Eric Woerth, actuellement empêtré dans l’affaire Bettencourt. Dans le public avaient pris place plusieurs membres du gouvernement, dont Roselyne Bachelot, Luc Chatel et Fadela Amara, ainsi que Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP. Tous étaient venus apporter un soutien ostensible au ministre du Travail.

Dos rond

Lundi matin, c’est Jean-François Copé qui a apporté son écot au concert de soutien à Eric Woerth. "C’est une période extrêmement difficile pour Eric Woerth et sa famille bien sûr, mais aussi pour nous tous, parce qu’on se sent extrêmement attaqués. Donc on est totalement solidaires", a lancé le président du groupe UMP à l’Assemblée sur Europe 1. "Nous vivons depuis 15 jours un procès très classique d’amalgame, de procès d’intention. On ne peut pas être complètement dupe de la manière dont tout cela est organisé."

Pour l’heure, donc, l’heure est au soutien sans faille. Mais si personne à droite ne soupçonne Eric Woerth de malhonnêteté, nombreux sont ceux qui commencent à craindre les conséquences politiques de l’affaire. "On avait pas besoin de ça" a soufflé Nicolas Sarkozy à l’un de ses conseillers, selon les informations d’Europe 1. Le chef de l’Etat aimerait d’ailleurs qu’Eric Woerth parle moins de l’affaire Bettencourt, et plus de la réforme des retraites, dossier épineux dont il a la charge. En attendant, à droite, on fait le dos rond et on attend l’été avec impatience, histoire que les choses se tassent.