Voyage en Syrie : Bapt s'est expliqué au sein du PS

  • A
  • A
Voyage en Syrie : Bapt s'est expliqué au sein du PS
@ AFP
Partagez sur :

POLÉMIQUE - Le patron des députés PS, Bruno Le Roux a rencontré lundi après-midi le député de Haute-Garonne et président du groupe d'amitié France-Syrie à l'Assemblée nationale.

Gérard Bapt sera-t-il sanctionné par le Parti socialiste ? Le député PS de Haute-Garonne, qui s'est rendu la semaine dernière en Syrie avec trois autres parlementaires, doit rencontrer lundi après-midi Bruno Le Roux, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, pour une séance d'explication. Selon une lettre révélée par Le Lab d'Europe 1, Bruno Le Roux a demandé à Gérard Bapt de démissionner de son poste de président du groupe d'amitié France-Syrie à l'Assemblée.

"Cette responsabilité éminente que je vous avais confiée au nom du groupe SRC au mois de septembre 2012 ne peut être associée à l'initiative prise à titre personnel (ainsi que vous la décrivez) par la délégation de parlementaires partis en Syrie", écrit le patron des députés socialistes. "Dès lors, je pense nécessaire que vous remettiez à la disposition du groupe SRC la présidence du groupe d'amitié France-Syrie".

>> Mise à jour le 2 mars à 19h52 : Bruno Le Roux, a rejeté lundi sur iTELE toute sanction à l'égard de Gérard Bapt, mais évoqué une suspension des activités du groupe d'amitié France-Syrie à l'Assemblée. "Non, je n'ai jamais parlé de sanctions", a déclaré Bruno Le Roux, après avoir reçu dans l'après-midi le député de Haute-Garonne.

Pas "légitime" pour Cambadélis. Contrairement à ses trois collègues qui ont participé à la visite, Gérard Bapt n'a pas rencontré le président syrien Bachar al-Assad. La direction du PS n'en est pas moins remontée contre lui. "Ni sur la forme, ni sur le fond, cette initiative n'est légitime", a taclé le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, vendredi dans un communiqué. Gérard Bapt sera reçu par le patron du PS mardi après-midi.

>> LIRE AUSSI - Hollande et Valls déplorent la visite des élus français en Syrie

>> LIRE AUSSI - Visite en Syrie : Jacques Myard fustige les "gogos parisiens"