Voter Hollande, un "choix par défaut" ?

  • A
  • A
Voter Hollande, un "choix par défaut" ?
Vote d'adhésion ou rejet du sarkozysme ? L'entourage de François Hollande s'inquiète des raisons qui séduisent son électorat.@ REUTERS
Partagez sur :

L'entourage du candidat socialiste s'inquiète des raisons qui séduisent son électorat.

C'est une donnée qui inquiète François Hollande en privé. Pourquoi près de 30% des Français sont-ils prêts à voter pour lui au premier tour ? Véritable adhésion à son programme ou rejet du président sortant ? L'anti-sarkozysme ne doit pas être le seul moteur du vote socialiste, répète régulièrement le candidat à ses troupes.

Mardi, alors que le candidat socialiste était en déplacement dans un collège de Clichy-la-Garenne, il a rencontré plusieurs enseignants. Une population généralement ancrée à gauche mais si ces professeurs se sont dits sûrs de voter pour lui, ils ne font pas preuve d'un réel enthousiasme. "C'est un choix par défaut, oui. Il faut être raisonnable. Mais il ne me fait pas du tout rêver", reconnaît une professeure, sur Europe 1. Un autre témoin assure qu'il votera par "rejet du président actuel".

"Le second tour s'apparente à un référendum anti-Sarkozy"

Des sondages illustrent d'ailleurs ce manque d'engouement. Deux électeurs sur trois déclarent qu'ils ont l'intention de voter pour François Hollande avant tout pour faire perdre Nicolas Sarkozy. Pour Frédéric Dabi, le directeur de l'institut de sondage Ifop, il s'agit d'un "vote de raison". "On a vraiment l'idée que le second tour s'apparente à un référendum anti-Sarkozy. François Hollande, dans ce cadre-là, est souvent instrumentalisé comme le réceptacle de l'anti-sarkozysme, celui qui va permettre à la gauche de revenir au pouvoir", décrypte le spécialiste.

Mais le risque d'une abstention forte à gauche est important, confie un proche de François Hollande. Alors qu'au même moment, le président-candidat remet la barre à droite pour remobiliser son camp.