Vote de la primaire : la formation des assesseurs du PS

  • A
  • A
Partagez sur :

Le PS multiplie les formations à l'attention de ceux et celles qui seront chargé de s'assurer, dimanche, du bon déroulement du vote de la primaire organisée par les socialistes.

REPORTAGE

Les socialistes mettent la dernière main à leur dispositif. Un peu plus de 7.500 bureaux de vote seront ouverts dimanche dans toute la France pour la primaire de la Belle Alliance populaire. Pour garantir la bonne tenue du scrutin, le PS organise des sessions de formation des présidents et des assesseurs qui tiendront ces bureaux.

"Il faut être concentré". Dans un local du parti, ils sont un vingtaine de militants studieux à prendre des notes. Pour Josiane, tenir un bureau de vote est un exercice stressant. "Je ne l’ai jamais fait, donc il faut quand même être concentré", explique-t-elle à Europe 1. À l’aide d’un diaporama, Alain fait cours. Du collage des affiches au dépouillement, il ne laisse rien au hasard. "Vous avez une urne, vous mettez vos cadenas, mais surtout, pensez bien, le soir, à revenir avec le même manteau, là où vous avez glissé la clef du cadenas. Quand, au moment d’ouvrir l’urne, on a pas le bon manteau avec la clef, c’est toujours très ballot".

Certaines questions sont plus sensibles que d’autres. "On acceptera que des pièces de 10 centimes à 2 euros", rappelle Alain concernant la cotisation, fixée à 1 euros par tour de scrutin. Et une personne qui n’aurait que des pièces de 5 centimes ? "Elle ne votera pas".

L’honnêteté des électeurs. Une incongruité, pourtant, continue d’inquiéter. En effet, une personne qui a déménagé en 2016 pourrait potentiellement voter deux fois : à son ancien bureau où il est toujours inscrit sur les listes, et au nouveau avec un justificatif de domicile. "Ça me turlupine. J’espère que les gens ne vont pas faire ça", confie Dominique. Au PS on assure que le risque de fraude est marginal, les organisateurs misant sur l’honnêteté des électeurs.