Voitures propres en 2040 : Batho et Hamon voudraient aller plus vite

  • A
  • A
Voitures propres en 2040 : Batho et Hamon voudraient aller plus vite
Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé jeudi que plus aucune voiture diesel ou essence ne serait vendue en France d'ici 2040.@ PATRICK PLEUL / DPA / AFP
Partagez sur :

Le ministre de la Transition écologique a présenté jeudi un vaste plan climat, qui prévoit notamment que plus aucune voiture diesel ou essence ne serait vendue en France d'ici 2040.

L'ancienne ministre PS de l'Ecologie Delphine Batho a salué vendredi le plan climat présenté par Nicolas Hulot, mais estimé que la France pourrait "aller plus vite" vers la fin des voitures à moteur thermique, tout comme l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon.

"Un peu déçu" de l'échéance 2040. "Je pense qu'on pourrait aller plus vite que 2040", a déclaré sur RMC Delphine Batho, alors que le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé jeudi que plus aucune voiture diesel ou essence ne serait vendue en France d'ici 2040. Jugeant le plan climat "bienvenu", Benoît Hamon s'est dit sur RTL "un peu déçu" de l'échéance 2040, citant l'exemple de l'Allemagne qui a fixé l'objectif à 2030. "Je regrette qu'il n'y ait pas cette impulsion qui fixe un calendrier ambitieux à nos industriels", a affirmé Benoît Hamon qui a quitté le PS pour fonder le "mouvement du 1er juillet".

"Aider l'industrie automobile". Delphine Batho a plaidé pour "une vraie stratégie industrielle" : "Ce qu'il faut faire maintenant pour atteindre l'objectif (…) c'est un plan pour aider l'industrie automobile, que ce soit nos constructeurs ou nos équipementiers à être à la pointe du progrès (…) pour mettre sur le marché des véhicules 'zéro émission', pas juste hybrides, qui soient compétitifs, qui soient abordables pour les ménages". La député des Deux-Sèvres a souligné que le plan présenté par Nicolas Hulot faisait "enfin le lien avec les enjeux sociaux". "C'est très important ce lien qui a été fait entre l'écologie et la question sociale", a-t-elle jugé.