Voeux de Sarkozy: "courage" ou "mensonge" ?

  • A
  • A
Voeux de Sarkozy: "courage" ou "mensonge" ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Pour François Fillon, il a parlé avec "coeur et gravité". Pour le PS, rien n’a changé en un an.

Un peu plus de 8 minutes face à la caméra et un message en faveur d’une année 2011 "utile". L’allocution de Nicolas Sarkozy pour les voeux de nouvelle année a séduit son camp politique, et déclenché de nombreuses critiques dans l’opposition, notamment au Parti socialiste.

"Des voeux pieux"

"Qui croira Sarkozy qui promet prospérité, emploi et protection aux Francais quand le chômage et les injustices explosent ? Ce soir, c'était le président des voeux pieux et des mensonges", a lancé l’eurodéputé socialiste Harlem Désir sur Twitter.

"Nicolas Sarkozy a des voeux en 2011 identiques à ceux qu'il avait en 2010. Rien ne change à sa politique qui est toute entière tournée vers ses clientèles électorales", a renchéri le porte-parole du PS Benoît Hamon.

Ton très critique aussi de la part de Nicolas Dupont-Aignan, qui s’est attardé sur l’attachement exprimé par Nicolas Sarkozy à l’Europe en général et à l’euro en particulier pour faire face à la crise. "Il commet ce soir une erreur tragique dont il sera responsable devant l'Histoire, condamnant la France à la récession cumulative, à la baisse du pouvoir d'achat des Français", a assuré le président de Debout la République.

Il ne se perd pas en "circonvolutions pré-électorales"

Au sein de la majorité présidentielle, les commentaires sont unanimes positifs. Pour le Premier ministre, dont le nom a été cité avec insistance durant l’allocution, le chef de l’Etat a parlé avec "coeur et gravité". L'UMP a salué de son côté "le courage et le volontarisme" de Nicolas Sarkozy. "Ce discours est un discours encourageant pour l'ensemble des Français qui démontre que nous avons à la tête de l'Etat une capitaine qui tient le cap, qui sait quel est l'objectif et qui ne se perd pas en circonvolutions pré-électorales", a certifié Dominique Paillé, le porte-parole de l’UMP. Rendez-vous dans un an, à quelques mois de la présidentielle, pour les prochains vœux.