Violences en Corse : EELV appelle l'Etat à "la fermeté"

  • A
  • A
Violences en Corse :  EELV appelle l'Etat à "la fermeté"
La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-les Verts, Emmanuelle Cosse@ AFP
Partagez sur :

Dans un communiqué, le parti demande que les personnes coupables de violences racistes ou d'agression contre les pompiers soient "identifiés et sévèrement punis". 

Le mouvement Europe Ecologie-Les Verts (EELV) s'est dit "scandalisé" dimanche après les violences qui ont eu lieu en Corse ce weekend. Dans un communiqué, le parti demande que les personnes coupables de violences racistes ou d'agression contre les pompiers soient "identifiés et sévèrement punis". 

"Manifestations de haine aux allures de pogrom anti-musulmans". "EELV est scandalisé par les manifestations de haine aux allures de pogrom anti-musulmans survenues en Corse ces derniers jours", écrivent les porte-parle du parti écologiste, Julien Bayou et Sandrine Belier. "Les auteurs de ces actes inqualifiables doivent être identifiés et punis, au même titre que les auteurs des agressions contre les pompiers", estiment-ils demandant que l'interdiction de manifester dans le quartier d'Ajaccio où se ont produits les événements soit "maintenue tant que les risques de débordements existent". Ils appellent également l'Etat "à la fermeté contre les insultes et agressions racistes". 

Après deux jours de manifestations et de dérapages racistes notamment dans le quartier populaire des Jardins de l'Empereur à Ajaccio, où un lieu de culte musulman a été saccagé, le préfet de Corse, Christophe Mirmand, a décidé samedi de prendre un arrêté d'interdiction de manifester dans ce quartier. Plusieurs centaines de manifestants ont défilé calmement dimanche dans d'autres quartiers populaires d'Ajaccio, tandis que deux jeunes gens d'une vingtaine d'années ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur l'agression des pompiers et placés en garde à vue.