Vingt ans après la mort de Mitterrand, les visiteurs ne se bousculent pas à Jarnac

  • A
  • A
Partagez sur :

Si les Français n'ont pas oublié l'ancien président, les différents sites de la ville en rapport avec lui n'attirent pas les foules.

REPORTAGE

Vendredi marque le 20e anniversaire de la mort de François Mitterrand. A cette occasion, François Hollande se recueillera dans la matinée sur la tombe de l'ancien président à Jarnac, en Charente. Mais si les Français n'ont pas oublié Mitterrand, les différents sites de la ville en rapport avec lui n'attirent pas les foules.

"C'est les maisons de cognac qui attirent à Jarnac plutôt que Mitterrand". A Jarnac, trois lieux sont liés à l'ancien président : le cimetière où il repose, le musée et sa maison natale. Mais si on en croit Rodolphe, les visiteurs ne se bousculent pas vraiment ces dernières années. "L'été il y a une dizaine de touristes qui me demandent où se trouve le cimetière et cinq-six le musée, mais sinon ça n'attire pas beaucoup de monde. C'est les maisons de cognac qui attirent à Jarnac plutôt que Mitterrand", affirme le boulanger-pâtissier.

Au musée de Jarnac, on se souvient que dans les mois qui ont suivi la disparition de l'ancien président en 1996, on avait passé les 10.000 entrées. Aujourd'hui selon le maire, François Raby, c'est plutôt autour de 1.500 par an. "C'est vrai que la fréquentation s'est un peu effritée ces dernières années, que ce soit d'ailleurs au niveau de la maison natale ou de la donation", raconte le maire. "Peut-être qu'il y a une génération qui était présente et qui l'est moins", explique-t-il.

Des visiteurs de toutes les origines. Pas facile donc d'attirer les visiteurs. Pour Gilles Ménage, secrétaire général de l'Institut François Mitterrand, il est important de continuer à organiser des visites à la maison natale. "On a des visiteurs de toutes les origines, et pas simplement des militants nostalgiques. Ça ne peut pas être le château de Versailles où il y a deux millions de visiteurs par an", souligne-t-il. En tout cas, ce qui est sûr c'est que François Mitterrand continue de garantir une notoriété internationale à la ville de Charente.