Vinexpo : Hollande défend l'œnotourisme… et la loi Evin

  • A
  • A
Vinexpo : Hollande défend l'œnotourisme… et la loi Evin
Hollande@ AFP
Partagez sur :

En inaugurant Vinexpo, le président de la République a défendu l'œnotourisme tout en rappelant l'intérêt des règles instaurées par la loi Evin.

En pleine polémique après l'assouplissement de la Loi Evin par les députés, François Hollande François Hollande a inauguré dimanche à Bordeaux le 18e Vinexpo, le plus important salon des vins et spiritueux au monde. Le président de la République a indiqué ne pas souhaiter "remettre en cause l'équilibre de la loi en matière de publicité sur les alcools".

Première inauguration présidentielle. Premier chef de l'Etat à inaugurer ce salon depuis sa création en 1981, François Hollande a défendu la filière viticole. "Je viens à Vinexpo parce qu'il s'agit de l'un des plus grands salons au monde. Il consacre la réussite d'une filière, celle du vin, qui fait travailler plus de 500.000 personnes dans notre pays et dégage plus de 10 milliards d'euros d'excédent commercial. Nous en avons bien besoin. C'est aussi une culture qui permet à la France de rayonner grâce à un produit de grande qualité", a-t-il ainsi indiqué dans une interview à Sud-Ouest Dimanche.

"Les équilibres de la loi Evin". "Il y a néanmoins des règles qui doivent être rappelées, ce sont celles qui ont été fixées par la loi Evin il y a 25 ans", a pris soin de tempérer le chef de l'Etat. "Je sais les préoccupations qui existent pour préserver la promotion de l'œnotourisme, c'est un sujet qu'il convient de traiter sereinement sans remettre en cause les équilibres de la loi Evin en matière de publicité sur les alcools", a-t-il affirmé.

Le coup de théâtre des députés jeudi.Jeudi, lors de l'examen en commission en nouvelle lecture du projet de loi Macron, les députés n'ont pas suivi le gouvernement qui demandait la suppression d'un amendement du Sénat faisant la distinction entre information et publicité sur l'alcool. "Il fallait dépoussiérer" la loi Evin, s'est félicité l'auteur de l'amendement, le sénateur Gérard César (Les Républicains, ex-UMP), tandis que le ministre de la Santé, Marisol Touraine, a qualifié cette décision de "coup dur pour la santé publique".

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé jeudi une série de mesures pour améliorer l'accueil des touristes en France, notamment en matière d'oenotourisme, dont un fonds d'investissement qui pourrait être doté de "plusieurs centaines de millions d'euros".


Loi Evin : "non à un Etat intégriste" par Europe1fr