Vincent Feltesse nommé conseiller à l’Élysée

  • A
  • A
Vincent Feltesse nommé conseiller à l’Élysée
Vincent Feltesse sera en charge des relations avec les élus et les formations politiques, ainsi que des études d'opinion et des argumentaires politiques.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le socialiste, spécialiste du numérique et candidat malheureux à Bordeaux, sera chargé des relations avec les élus et les partis.

L'ex-député PS de Gironde, Vincent Feltesse, a été nommé vendredi conseiller à l'Elysée en charge des relations avec les élus et les formations politiques, a-t-on appris vendredi auprès de la présidence. Le nouveau conseiller, qui sera également chargé des études d'opinion et des argumentaires politiques, prendra ses fonctions lundi.

Pas de bureau d'angle. Vincent Feltesse, 47 ans, reprendra ainsi une partie des fonctions d'Aquilino Morelle, ancien conseiller politique du chef de l'Etat, mais sans occuper son prestigieux bureau d'angle, à proximité du salon doré occupé par le président de la République. Ce bureau reste pour le moment sans affectation. Aquilino Morelle avait été contraint à la démission en avril à la suite d'une enquête de Mediapart l'accusant d'avoir œuvré pour des laboratoires pharmaceutiques alors qu'il était haut fonctionnaire à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).

Des "connivences" avec Hollande. Dans un récent ouvrage intitulé "Demain est aujourd'hui - Récit amoureux de Bordeaux" (Ed. Le Bord de l'Eau), Vincent Feltesse expliquait avoir soutenu François Hollande dès la primaire socialiste de 2011 car il avait "une véritable connivence" avec lui. "Comme lui, je préférais aux postures idéologiques les vertus du dialogue social et du partenariat", ajoutait-il. Candidat malheureux à la mairie de Bordeaux face à Alain Juppé en mars, Vincent Feltesse avait également été le directeur de la campagne numérique de François Hollande en 2012.

Un court (mais riche) parcours à l'Assemblée. Vincent Feltesse était devenu député mi-2012, étant le suppléant de la socialiste Michèle Delaunay, entrée au gouvernement Ayrault et non reconduite par Manuel Valls. Il lui a rendu son siège au Palais Bourbon début mai. Il a notamment été rapporteur du projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche et avait piloté pour le groupe PS le volet du numérique à l'école. Il a également poussé, avec d'autres députés et sénateurs, pour  réformer le crédit d'impôt pour la production de jeux vidéo, "un secteur 'made in France' d'excellence qu'il faut soutenir dans la compétition mondiale".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

ET AUSSI - Gaspard Gantzer nommé chef du pôle communication de l'Elysée

L'ESSENTIEL - Aquilino Morelle annonce sa démission

AU PS - Pourquoi Cambadélis met la pression

COULISSES - "Affaire Morelle" : ce qu’en dit l’Elysée

TWEET - "A. Morelle doit démissionner"

INFO POL - Aquilino Morelle, l'homme de l'ombre

RÉPONSE - Accusé, Morelle se défend